Openflex, le Cloud sans abonnement
Openflex, le Cloud sans abonnement
Openflex, le Cloud sans abonnement
Openflex, le Cloud sans abonnement

À Madagascar, un pays où la langue de travail et d’apprentissage est le français, la situation des libraires est critique depuis le début des années 2000. Internet, réseaux sociaux, ebooks, les distractions détournant du livre sont devenues nombreuses et le métier est en perte de vitesse. Le point sur la profession de libraire avec l’ALM (Association des libraires de Madagascar).

Faire les choses ensemble pour être plus fort

Être libraire est difficile au pays. Alors qu’Internet est devenu un indispensable et que le smartphone est le nouveau compagnon de tous, les livres connaissent des temps durs et ne se vendent plus. Et que dire de l’environnement général qui est loin de permettre aux libraires de s’épanouir (taxes, papiers administratifs, problème de stock, etc.).

Face à ces problèmes, les libraires ont décidé d’unir leur force. Née de l’initiative de quelques-uns d’entre eux, l’Association des Libraires de Madagascar est un organisme rassemblant les acteurs du livre avec une dizaine de membres éparpillés dans tout le pays. Ils se sont serré les coudes dans le but de s’entraider, tant dans la distribution des livres que dans leur importation, car oui, les livres sont pour la plupart importés.

L'ALM ou Association des libraires de Madagascar
L’ALM ou Association des libraires de Madagascar

Parmi les membres de l’ALM, on peut citer la Librairie-café Milles Feuilles, sise à Behoririka, Il était une fois dans l’enceinte Leader Price Ankorondrano, La Librairie GM Fakra et même la Librairie Luthérienne.

Les accords de Florence : le salut

Importer une marchandise, quelle qu’elle soit, c’est accepter de verser des droits de douane. Quoi de plus normal. Sauf que dans le cas des livres, le coût était souvent inaccessible pour les libraires.

Était, puisque le premier combat de l’ALM a été la détaxation du livre. Depuis, Madagascar a bénéficié des accords de Florence, accord qui libère l’importation d’objets à caractère éducatif, scientifique ou culturel de droits de douane. Cette exonération a été une bouffée d’oxygène pour les libraires qui ont alors pu baisser leurs prix.

Premier combat de l'ALM : la détaxation du livre
Premier combat de l’ALM : la détaxation du livre

Autre avancée : si auparavant, l’importation de livres était assujettie à une franchise que l’on devait acquérir, les accords de Florence ont aboli cela et tout est devenu automatique depuis.

> Voir aussi : Réussir vos visioconférences : le guide ultime
> Voir aussi : Notre comparatif des meilleurs logiciels de caisse certifiés

La vie associative de l’ALM

Présidée par Mme Voahirana Ramalanjaona, gérante de la librairie Café Mille-Feuilles, l’association ALM promeut la lecture, les livres et l’éducation. Mais son premier objectif est et a toujours été de professionnaliser le métier, et dans ses efforts, Mme Ramalanjaona a un allié de poids : l’AILF

L'AILF ou Association Internationale des Libraires Francophones
L’AILF ou Association Internationale des Libraires Francophones

L’AILF, ou Association Internationale des Libraires Francophones, possède en son sein des membres de ALM. Cette association internationale a pour objectif de promouvoir la langue et le rayonnement de la culture française à travers le monde. En collaboration étroite, ces deux entités militent pour professionnaliser le métier de libraire, un métier qui n’est pas forcément facile. Au travers de l’organisation d’événements et de rassemblements, il s’agit pour eux de proposer des solutions aux problèmes rencontrés et de puiser dans l’expérience de leurs membres pour relever les défis. D’ailleurs, l’ALM a suivi une formation auprès de l’AILF pour vraiment apprendre le métier et rentabiliser leur activité (gestion de stocks, gestion des commandes, etc.). Être libraire aujourd’hui à Madagascar, ça ne s’improvise pas.

Les membres de l'AILF
Les membres de l’AILF

Salon de la rentrée littéraire et scolaire

L’ALM organise le 11, 12, et 13 octobre 2018 prochain le Salon de la rentrée littéraire et scolaire à la Bibliothèque nationale Anosy. Sous le haut patronage de la ministre de la Culture, Mme JOHASY Eleonor, le salon réunit tous les acteurs du livre à savoir : les libraires, les écrivains, les associations littéraires et autres acteurs importants de la chaîne du livre.

Le salon de la rentrée littéraire et scolaire 2018
Le salon de la rentrée littéraire et scolaire 2018

On assistera à des conférences, des rencontres avec des auteurs malgaches comme Ny Eja et Michèle Rakotoson, des séances de lecture à haute voix avec la Compagnie Miangaly, des spectacles de SLAM et pleins d’autres surprises pour les petits et les grands.

La Revue Stileex avec son équipe de passionnés sera aussi de la partie pour promouvoir son concours littéraire La Plume Stileex 2018 durant le salon et recevoir les candidatures.

Un mot de la présidente

« Les libraires sont souvent traités de vendeurs de tapis, ce qui m’attriste . Nous, l’Association des libraires de Madagascar, on essaie vraiment de professionnaliser le métier et d’apprendre à tout le monde la bonne gestion d’une librairie ainsi que les différentes techniques de promotion pour ne pas être dépassé par l’air du temps. J’aimerais ajouter que même si Internet et ebooks sont très populaires, les gens reviennent tôt ou tard aux livres physiques, c’est une évidence. La lecture n’est pas encore morte, au contraire. »
Voahirana Ramalajaona, Présidente de l’Association des libraires de Madagascar

Voahirana Ramalanjaona, Présidente de l'ALM et gérante de la librairie-café Milles-Feuilles
Voahirana Ramalanjaona, Présidente de l’ALM et gérante de la librairie-café Milles-Feuilles

> Voir aussi : les meilleurs logiciels CRM gratuits et payants

> Voir aussi : le top des logiciels de stock

Écrivez un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des