Ces petits riens qui comptent… par Rabearinoro Niantsa (candidat #32)

Onze heures trente-deux exactement à ma montre,
Je suis à Analakely, coincée dans les habituels embouteillages de mon quotidien tananarivien,
Entre les petites courses à faire à la hâte au marché,
Mon déjeuner que je prendrai à la va vite dans le resto du coin,
Je peux me réjouir si j’arrive avec seulement un quart d’heure de retard à mon travail.

Bientôt 25 ans que j’emprunte ces mêmes rues,
Que je cours après ces mêmes bus,
Que je monte et descends ces interminables escaliers de pierre d’Antaninarenina,
Je me doute bien que ce n’est pas de tout repos, beaucoup de stress quelque fois et je ne parle même pas de la chaleur, de la pollution et de toute cette foule qui va et vient.

« Et pourtant tu aimes bien ta vie ici » m’avait lancé ma tante de passage dans la ville.
Oui, elle a bien utilisé le verbe « aimer » car je fais partie de ces gens qui aiment leur ville, qui rechignent, qui grognent, qui soupirent mais… qui aiment leur ville.

Antananarivo, cet endroit aux milles histoires que l’on crée un peu tous les jours.
Une ville qui n’a pas le sommeil lourd tant elle ne dort presque pas,
Où l’on y fait aussi bien de merveilleuses rencontres comme quelques fois de très mauvaises,
Dont la routine nous épuise mais nous forge sans qu’on y pense.

Ces marchés toujours inondés pour n’importe quelle raison à toute heure,
Des voix infatigables de commerçants qui vous interpellent,
Ces bus qui vous font découvrir les différents goûts musicaux de chaque chauffeur,
Ces différentes allées et raccourcis qu’on apprécie de connaître par cœur,
Et où chacun va d’un pas pressé et décidé.
C’est l’heureux rythme de notre vie qu’on racontera tendrement à nos petits-enfants.
Et puis, un peu plus loin dans d’autres quartiers,
On retrouve ces restaurants ou « fast food » un peu plus « bon chic, bon genre »,
Ces centres commerciaux où on retrouvera un tout autre train de vie,
Mais où on se sentira également bien comme chez soi,
Un peu de beau monde aussi ça fait du bien.
Car d’une manière ou d’une autre on y croisera une connaissance,
Et on passera par ces petits coins où chacun a déjà pris une photo en groupe ou en solo.
Histoire de se faire voir, pour faire comme tout le monde,
Peu importe, chacun assume être un pur produit de la société.
Ces moments-là font également notre histoire.

Car Antananarivo, c’est ça : c’est des mondes opposés, des mondes différents,
Mais qui se regroupe en un seul univers,
Où chacun a créé sa petite personne,
Où chaque endroit a laissé son lot d’anecdotes qui seront relatés autour d’un bon verre le Vendredi,

Et qu’à chaque fois, on verra des gens se saluer à chaque mètre,
Parce qu’ici aussi, tout le monde se connaît,
Certains ne se salueront pas mais croyez-nous ils se connaissent ou viendront à se connaître.
Qui d’entre nous n’a pas déjà utilisé la fameuse « efa ohatrany hitako ianao »,
Car on s’est déjà tous croisé à des réunions de famille, en boîte, à des mariages, des petites fêtes et j’en passe des petits évènements « juste comme ça »,

Car si l’on se connaît tous aussi bien,
C’est que nous sommes tous au fond les mêmes personnages,
On sourit quand on croise une bande d’adolescents à la sortie du lycée,
Et on se remémore nos belles années d’il n’y a pas si longtemps,
On a tous cette euphorie dans les stades ou les gymnases pour soutenir n’importe quel match,
On connait tous ces « bonnes adresses » pour bien manger,
Et chacun a tous cette merveilleuse carte géographique dans sa tête pour retrouver le meilleur chemin afin d’éviter les embouteillages (tant qu’on peut, oui).

On déplore tous certaines situations de notre société,
Mais on rira tous un peu à chaque fois que l’on verra les commerçants ambulants et les responsables de la commune à jouer au chat et à la souris,
D’ailleurs on adore marchander avec ces ambitieux commerçants qui nous donne le triple du prix normal de son produit pour voir s’il peut nous pigeonner,
Ou dire bonjour à cette bonne vieille marchande de légumes qui nous lance un petit sarcasme quand on ne lui achète pas plus que d’habitude,
Autant d’exemples qui nous amusent tous bien au fond.

On aura beau dire des milliers de choses sur notre Antananarivo,
Ici des épisodes passent chaque journée, de belles comme de mauvaises,
Des banales comme des originales,
Ces différents quartiers sont le décor de notre grand plateau de cinéma,
On ne connaît pas exactement le script en entier,
On nous a juste attribué différents rôles et nous a demandé d’improviser,
Et si on approche un peu plus la caméra on verra des sourires, des larmes, des grandes accolades, des baisers passionnés,
Vous découvrirez qu’il n’y a en fait aucune comédie dans la plupart des histoires,
Juste une vie, une vie bien réelle à laquelle on tient.
Une vraie histoire authentique que l’on doit à notre chère ville.

Rien de grandiose, rien de surfait,
Juste de petites histoires, des habitudes, des détails,
C’est d’ailleurs là toute sa magie : des petits riens qui comptent comme on les aime.

31 Commentaires

  1. Toujours impressionnante Niantsa.
    Un grand bravo à toi et j’espère que tu iras vraiment très loin ?

  2. Amazing ?? je me rends compte qu’en lisant ton article, Tanà est bien défini

  3. Avatar Niaina Fetra Nomenjanahary

    Très beau texte sur Tana! Bravo

  4. Pour une tananarivienne, le texte me parle beaucoup… très bien écrit, bravo

  5. Et voilà!!
    Notre écrivain est sortie de sa bulle!! Bravo ma belle!! :) :)

  6. Avatar Andriamanga Yves Noël

    Je sais pas quoi dire mais c’est une belle histoire qui mérite un bravo

  7. Je ne savais pas que tu avais un talent caché et je suis fière de toi!!! Quel joli texte et tu mérites une note maximale de la part de ta maman chérie

  8. Avatar Sarobidy TSOHARA

    Bravo!!! je clique sur « j’aime »

  9. Avatar Mika Rakotonarivo

    Il faut que vous sortiez un livre pour la suite de l’histoire, c’est très passionnant. Merci

  10. Avatar Razakamanana lantoninaina

    une histoire très émouvante. Excellente . Encore bravo Niantsa Rabearinoro

  11. Bravo Niantsa, bien rédigée avec simplicité !

  12. un grand bravo pour toi Niantsa Rabearinoro

  13. J’ai beaucoup apprécié le style rédactionnel où chacun peut vite se reconnaître. Un travail de qualité, des détails bien choisis. Tu mérites amplement ta plume et te souhaite une excellente continuation :)

  14. Avatar Mialitiana Rajaonarison

    J’étais totalement submergée par l’histoire.
    Que dire à part: Bravo! Excellent travail! Je lui donne les notes maximales!!

  15. Avatar Rabary Ravoherisoa

    L’auteur sait dire les choses d’une manière alléchante.
    J’ai relu deux fois sans me lasser.
    Un grand bravo pour Niantsa Rabearinoro!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Plume Stileex
Plume Stileexhttps://stileex.xyz/
Il s'agit d'un concours littéraire organisé par La Revue en ligne Stileex