Toi, ma belle capricieuse,

Voluptueuse femme tout en hauteur et en couleur, quel homme ne tomberait pas sous ton charme ?
Avec la courbure généreuse de ton corps, tes cheveux au vent ou en chignon, ta peau dorée sous le soleil, tu nous caches ou nous dévoiles secrètement tes trésors.
Belle traditionnelle, tu es fière de ton origine royale et tu arbores toujours avec dignité ta maison vide en haut de ta colline, telle une reine que tu es ou que tu étais.
A l’affut des nouvelles tendances que tu aimes suivre, tu n’as pourtant pas toujours autant de sous en poche que tu le désires.

Toi, mon adorable aux mille visages,

Tu aimes les choses simples comme les mofogasy, mais tu apprécies aussi de gouter au luxe de la vie d’ailleurs à travers toutes les belles voitures qui passent devant toi.
Tu aimes t’habiller dans l’air du temps. En jean et teeshirt, tu parcoures les rues pour enjoliver nos vues : tantôt un rire et un sourire innocent sur ton visage, tantôt une tristesse caractéristique des personnes lasses par les difficultés de la vie.
Le matin au marché, tu peux te permettre, en lambahoany, de gagner ta vie avec tes marchandises sur la tête : des fruits couleurs du soleil, des fruits colorés comme tes rêves.
Ma belle, tu aimes te faire parler de toi. Tu es friande des ragots et ses secrets, ah la la , que d’animation dans les rues avec toi, que de mot que tu susurres, entre les « on dit » et les « il parait ».

Toi, ma secrète et affriolante,

Tu montres parfois une beauté sauvage qui ne déplait pas. Oui, parce que tu caches bien ton jeu, le soir venu, petite coquine, tu interpelles d’un air aguicheur.
Le vendredi soir, tu es le charme incarné, une tigresse libre inhibée par l’alcool et les fêtes.
Frivole, tu aimes être courtisé et nous ne pouvons détourner les yeux de toi quand tu danses.
Sous l’œil des appareils photo, tu adores poser et montrer ton plus beau sourire dans une pose langoureuse.
Photogénique, on ne peut que se faire surprendre par tous les aspects de ta personnalité.
Et le matin venu, surtout le dimanche, tu aimes être tranquille, faire ta prière, reposer ton âme et te réconforter de tes chagrins et de tes rêves brisés.

Toi ma tête de mule, instable et incorrigible esprit,

Tu te laisses souvent envahir par une anxiété quand tu écoutes les nouvelles politiques ou par un sentiment d’insécurité doublée de colère face à l’injustice autour de toi. Mais ne rejettes-tu pas trop souvent les fautes sur les autres au lieu de t’analyser toi ?
Tu apprécies la modernité tout en ayant peur du changement, surtout quand cela requière un effort particulier de ta part. J’en fait souvent les frais et tu me fais régulièrement la sourde oreille. C’est devenu un jeu entre nous.
Jeune et désinvolte, tu oublies parfois mes règles et tu tombes souvent malade ou en crise, moi qui essaie de prendre soin de toi…
Je ne trouve pas toujours la bonne manière pour t’aborder. Souvent, nous nous disputons… mais nous revenons toujours l’un à l’autre.

Toi, ma belle Tana,

Je suis ton amoureux.
Je te suis fidèle
Je suis ton obligé…
Moi, ton Charles Urbain Andriamanarivo
C.U.A

Vos réactions

avatar
  S’abonner  
Notifier de