5 manières de gagner de l’argent à Madagascar, histoires vraies

Voici 5 manières de gagner de l’argent à Madagascar, que j’ai moi-même personnellement testées. C’est un recueil de conseils et d’un témoignage d’une grande valeur pour tout ceux qui veulent réussir à Madagascar. Cet article pourrait fort bien vous faire gagner du temps, vous éviter de faire des erreurs et vous donner des idées.

Préambule

Dois-je vous le rappeler, lorsque j’ai décidé de m’établir à Madagascar, je n’avais aucune idée de ce que j’allais bien pouvoir faire pour gagner ma vie. J’avais certes déjà monter une entreprise à Tana 3 mois auparavant, mais je m’étais résolu à accepter que le business que j’avais imaginé ne fonctionnerait pas. J’étais revenu m’établir à Madagascar pour ne pas subir un second échec entrepreneurial.

Ce que j'ai ressenti quand je me suis établi à Madagascar
Ce que j’ai ressenti quand je me suis établi à Madagascar

Je suis un vazaha, mais je n’étais pas riche. Je n’avais environ que 4000 euros d’économie. Je n’avais pas non plus d’appui familial, et je ne connaissais strictement personne à Madagascar à mon arrivée. Vous pouvez vous dire qu’être un européen à Madagascar est un avantage. En effet, il y a certains atouts qu’on peut en tirer, mais je vous assure qu’il y a également les mauvais côtés. J’étais une cible parfaite sur laquelle fonçaient les opportunistes en tout genre. Je me suis retrouvé dans l’arène, j’ai dû beaucoup me défendre (je continue encore aujourd’hui), j’ai dû apprendre sur le tas.

À qui le tour !
À qui le tour !

Alors ce que je vais vous raconter dans cet article s’applique que vous soyez un vazaha, un merina, un côtier, un karana, un chinois, peu importe. Les méthodes et enseignements que je vais vous livrer sont valables que vous soyez riche ou sans un sou en poche, que vous ayez des amis ou que vous êtes livré à vous-même sans famille, que vous soyez instruit ou un élève de la rue. J’ai testé chacune des techniques exposées dans cet article.

Il est tout à fait possible de gagner de l’argent à Madagascar. Ceux qui veulent vraiment réussir trouvent des moyens, les autres trouvent des excuses.

Connaissez-vous vous-même

Lorsqu’on veut gagner de l’argent à Madagascar efficacement, beaucoup pensent à créer leur propre affaire. Mais tout le monde n’est pas fait pour être entrepreneur et gérant, de la même manière que tout le monde n’est pas fait pour être employé, cadre d’entreprise, fonctionnaire, etc.

Une des raisons principales qui mène au sentiment d’avoir échouer sa vie est qu’on essaye d’être celui qu’on est pas. Les gens malheureux dans leur vie se fixent un objectif qui n’est pas le leur. Ils essaient de copier des modèles de « réussite ». On veut ressembler à un riche homme d’affaire, à un sportif mondialement connu, à une mannequin internationale ou même à une personne de son entourage proche qu’on admire. Mais sans y arriver. La frustration apparaît, et le sentiment d’échec qui va avec.

Chacun sa voie
Chacun sa voie

Chacun sa voie. Et pour gagner de l’argent à Madagascar, nul besoin de créer sa propre entreprise ou d’inventer le Google de demain. Commencez par apprendre à vous connaître et restez vous-même, en toute circonstance, avec vos qualités ET vos défauts.

C’est pour cela que la première manière de gagner de l’argent à Madagascar que je vais exposer n’est pas liée à l’entrepreneuriat, mais tout simplement au monde du travail.

1. Trouvez-vous un emploi, aimez le et donnez-vous à fond

Et oui mon premier conseil n’a rien à voir avec la création d’entreprise. Si vous n’avez pas le profil d’un entrepreneur, alors n’allez pas vous casser les dents dans une n-ième « startup » !

Trouvez-vous plutôt un bon emploi à Madagascar et donnez-vous y à fond.

Je suis régulièrement exaspéré de voir des employés qui viennent juste « prendre un salaire ». Ce genre d’employé semble penser qu’il est impossible d’avoir une vie professionnelle épanouie. Ils viennent « subir » 9 heures de présence au travail, en éteignant leur cerveau et en appliquant la loi du moindre effort. Mais ce que ne comprend pas ce genre d’employé est qu’ils sont les premières victimes de leur comportement. Ils ne deviendront jamais essentiels à l’entreprise qui les emploie, ils seront facilement remplaçables, ils ne pourront jamais avoir un levier de négociation solide pour solliciter une augmentation de salaire ou un changement de poste…

L'employé du mois ;)
L’employé du mois ;)

On est toujours gagnant à donner le meilleur de soi-même et à s’investir dans les choses qu’on fait. Il y a déjà la satisfaction intellectuelle de faire du bon travail, d’être réellement utile. Mais vous apprendrez plus de choses, vous occuperez de meilleurs postes, mieux rémunérés. Vous cumulerez bien plus d’expérience, et qui sait, un jour, lorsque vous en serez capable, vous créerez votre entreprise à votre tour si c’est réellement ce que vous désirez.

J’ai été moi-même employé de plusieurs sociétés, la plupart du temps dans le département commercial. Dans chaque poste que j’ai occupé, je me suis TOUJOURS donné à fond. J’obtenais d’ailleurs systématiquement les meilleurs résultats commerciaux. Je gagnais très bien ma vie, et j’avais beaucoup d’avantages comme une voiture de fonction, une carte essence, des tickets resto, une complémentaire santé, etc.

Quel que soit le poste que vous occupez ou l’entreprise pour laquelle vous travaillez, il y a toujours une manière d’aimer ce que l’on fait. Il suffit de se trouver une bonne source de motivation, une bonne raison de se donner à fond.

Mars, une barre chocolatée connue dans le monde entier
Mars, une barre chocolatée connue dans le monde entier

Quand j’étais chef de secteur dans la GMS, je vendais des produits bio-équitables. La source de ma motivation était facile à trouver : par mon travail, j’améliorais les conditions de vie des petits producteurs des pays en voie de développement (j’étais naïf à cette époque…). Je connaissais une dame dans la quarantaine, également chef de secteur. Elle était représentante de la barre chocolatée Mars. Je trouvais que vendre des Mars n’avait strictement rien d’élogieux. Alors je lui ai demandé ce qui pouvait bien la motiver, elle me répondit :

« Quelque soit la société pour laquelle tu travailles, il y a toujours une manière de trouver une belle motivation. Pour ma part, je travaille pour une barre chocolatée qui existe depuis plus de 80 ans, connue dans le Monde entier, y compris dans les régions reculées du tiers monde et dans les pays soviétiques. Tout le monde connaît le slogan Mars et ça repart ! Il y a même une chanson qui en parle et de grands explorateurs en consomment comme Chris Bonington lors de ses ascensions de l’Everest.« 

2. La friperie

Ok, vous voulez vraiment vous lancer à votre compte ? Alors commencez par vous trouver un bon partenaire pour vous accompagner dans la création de votre entreprise, et pour cela je ne peux que trop vous conseiller le cabinet FKSL Partners. C’est eux qui ont créé et gèrent presque toutes mes entreprises à Madagascar.

Parlons friperie maintenant.

Une balle de friperie
Une balle de friperie

Pour avoir tenté l’expérience, on peut définitivement gagner de l’argent à Madagascar dans le marché de la fripe. Vous allez chez un grossiste en friperie, vous lui achetez une balle de fripe à 700 000 Ar. Disons une balle de vestes pour femme. Vous y trouverez une bonne centaine de pièces à l’intérieur, de qualité et dans des états variables. Sur mes achats de balles, je pouvais catégoriser les articles en fonction de leur qualité :

  • A+ : le top, en très bon état et à la mode
  • A : bon état, belles pièces
  • B : article acceptable, tout à fait vendable
  • C : article à vendre pas cher
  • D : article bas de gamme, démodés, mais vendable à bas prix
  • La casse : invendable, trop de défaut, tâches indélébiles, etc. (peu éventuellement être recyclée)

Évidemment, j’avais peu de pièces en A+, la plupart étant en catégorie B à D, et également beaucoup de casse. Rien de surprenant après tout vu que ce n’est pas du neuf.

Une robe issue d'une balle de friperie
Une robe issue d’une balle de friperie

Mais tout est histoire de statistiques. Supposons que j’ai la répartition suivante :

  • 3% de A+
  • 10% de A
  • 20% de B
  • 20% de C
  • 20% de D
  • 27% de casse

Et que je pratique les prix moyens suivants :

  • 100 000 Ar pour les A+
  • 70 000 Ar pour les A
  • 50 000 Ar pour les B
  • 25 000 Ar pour les C
  • 10 000 Ar pour les D

En supposant que j’ai en moyenne 100 vestes dans une balle de fripe, alors le chiffre d’affaire que j’obtiens après la revente s’élève à 2 700 000 Ar, soit une marge brute sur le produit de 3,86 !

Un top issu d'une balle de friperie
Un top issu d’une balle de friperie

Le problème de cette activité relève surtout de l’organisation et du temps passé à trier et à remettre en état certaines pièces. Moi je vendais ça sur une boutique en ligne, Madasoldes, s’il y en a qui s’en souvienne. C’était extrêmement chronophage à gérer, car en plus de la logistique habituelle, il fallait en plus que je prenne une photo et que je crée une fiche pour chaque produit unique dans le site web ! Vous vous imaginez le travail titanesque. Après vient la livraison, une autre paire de manches.

Bref, si j’ai un conseil pour ceux qui veulent essayer : faites cette activité dans une boutique, avec éventuellement un site web qui vient en appui pour la communication et un bon logiciel de caisse. Soyez très bien organisé, et optimisez tous les temps de traitement (triage, lavage, repassage, étiquetage, etc.). Et bien sûr, choisissez avec la plus grande attention votre localisation.

Réussir dans la friperie est uniquement une question de gestion. Vous pourrez gagner de l’argent à Madagascar avec cette activité.

3. Le Web

Hummm le Web… Eldorado fascinant qui engloutit quotidiennement les efforts de tout ceux qui s’y lancent parce qu’il n’ont pas de budget, parce qu’ils croient en l’argent miracle ou qu’ils pensent avoir un nouveau Facebook ou l’application mobile du siècle…

Qui saura déjouer les pièges de l'Internet
Qui saura déjouer les pièges de l’Internet ?

Dans un précédent article sur l’entrepreneuriat à Madagascar, je parlais déjà de l’Internet et des NTIC à Madagascar en général. Je mettais déjà en garde mes lecteurs contre les particularités du marché malgache qui réduisent à néant les idées de start-ups à l’américaine… Il faut s’y résoudre : le marché malgache de l’Internet est trop étroit pour lancer des applications web ou mobiles qui nécessitent un gros volume de transactions pour être rentables!!! Ne tombez pas dans le piège!!! Combien de personnes à Madagascar ont Internet ? Combien ont un smartphone ? Combien disposent d’un moyen de paiement en ligne ? Combien utilisent réellement le mobile money à Madagascar ? D’ailleurs le mobile money est-il tout simplement adapté au e-commerce ? Autre débat.

Ajoutez à cela l’état embryonnaire du marché de la publicité en ligne à Madagascar, et vous perdrez toute illusion de faire fortune sur Internet simplement en tenant un site web avec quelques pubs dessus. Je le sais très bien car je gérais l’annuaire en ligne Vanille Soleil. Malgré tout le travail et le temps investi, j’en tirais une misère.

Vanille Soleil, un beau projet mais un modèle économique bancal
Vanille Soleil, un beau projet mais un modèle économique bancal

Autrement, le problème majeur (et valable dans tous les pays), est l’inexistence d’un modèle économique dans les projets lancés par les entrepreneurs web en herbe. Oui Facebook a démarré sans modèle économique. Oui Mark Zuckerberg ne voulait pas entendre les mots « faire de l’argent avec Facebook » au démarrage de son aventure, et cela même pendant plusieurs années. Mais, euh, comment vous dire… Mark Zuckerberg étudiait dans l’université la plus connue et l’une des plus chères au Monde : Harvard. Il était entouré de fils de riches. Alors quand il fallait trouver plusieurs dizaines de milliers de Dollar par mois pour financer ses dépenses et ses serveurs, il avait ce qu’il fallait sous la main. Pas nous, communs des mortels. Et puis au final, Facebook est vite revenu à un modèle économique presque aussi vieux qu’Internet et ne présentant aucune innovation : la publicité.

Vous allez me dire « Hey Stileex, t’es bien gentil, mais je suis venu lire ton article pour savoir comment faire des sous, pas pour me faire perdre tout espoir!!! ». Alors oui, il est tout à fait possible de gagner de l’argent à Madagascar avec Internet. Mais vous devez absolument vous y prendre comme si vous gériez une épicerie du coin, en mettant de côté toutes vos idées sur la réussite flash et sans effort que vous font croire vos rêves sur l’Internet.

Gérez votre startup web comme un boulanger gère sa boulangerie
Gérez votre startup web comme un boulanger gère sa boulangerie

Si votre but est de gagner de l’argent grâce à un site éditorial (comme mon blog par exemple), alors ciblez un public d’un pays dont le marché publicitaire est développé. On pense bien sûr à la France, mais il y a également le Canada, la Belgique, la Suisse, etc. Ensuite, trouvez une problématique précise à traiter et tenez-vous y (seuls les sophistes sont spécialistes dans tous les domaines). Travaillez dur et régulièrement, comme un boulanger qui se lève tous les matins à 5h pour pétrir son pain. Soyez patient, on ne devient pas riche du jour au lendemain sur Internet. Et surtout : AIMEZ VOS LECTEURS, et donnez leur vraiment tous vos secrets! C’est d’ailleurs ce que je fais moi-même dans ce blog…

Si vous envisagez de créer votre site web, pensez à Simafri qui offre des hébergements web gratuits ;)

Une autre manière de gagner de l’argent avec Internet : vendez vos services intellectuels. Rédaction, développement, infographie, transcription, assistance, etc. Autant de services que vous pouvez commercialiser avec un ordinateur et une simple clé 3G. Vous pouvez essayer le site de mise en relation Upwork. Pour ma part, je ne l’ai pas utilisé comme freelance, mais comme employeur, et j’ai été satisfait du concept.

4. Devenez revendeur d’une marque

Vous ne voulez pas vous prendre la tête ? Vous voulez avoir un bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle ? Vous ne voulez pas vous tuer à la tâche ? Vous voulez vous lancer dans une affaire qui vous rapportera des vola à coup sûr ? Trouvez un produit d’une bonne marque et devenez-en le représentant !

Regardez autour de vous… Nombreux sont ceux à Madagascar qui ont tiré leur fortune en étant revendeur d’une belle marque. Tout simplement. Ou presque.

Pour réussir en tant que revendeur, il vous faudra braver les difficultés suivantes :

  • trouver un produit qui répond à un besoin réel à Madagascar,
  • disposer d’un budget initial plus ou moins conséquent pour constituer votre stock,
  • savoir l’acheminer jusqu’à Madagascar s’il s’agit d’un produit importé,
  • planifier astucieusement un plan media,
  • mener un travail constant, notamment en offrant un excellent service après vente à vos clients.

Ici encore, la pierre angulaire de votre réussite sera la bonne gestion de votre entreprise.

CT Motors, revendeur Royal Enfield
CT Motors, revendeur Royal Enfield

Pour illustrer ce créneau, j’aime bien prendre pour exemple CT Motors, le concessionnaire auto moto situé à Andraharo, représentant des marques Kawasaki, Kymco, Polaris, Haval, Royal Enfield, des célèbres Bajaj, Great Wall, etc. Voici une belle réussite dans la revente de produits de belles marques. CT Motors répond clairement à un besoin d’une catégorie de personnes à Madagascar, tout en apportant un excellent service et en agençant un marketing intelligent. Ça respire la belle entreprise :)

Mais là vous vous dites « Je n’ai déjà pas de quoi m’acheter ma propre voiture, alors acheter tout un stock de véhicules… ». J’ai une bonne nouvelle pour vous.

Devenez revendeur Openflex
Devenez revendeur Openflex

Si vous avez des affinités avec le monde de l’informatique et du logiciel (notamment les ERP et les CRM), alors vous pouvez facilement devenir revendeur pour le logiciel de gestion d’entreprise Openflex. Je me dois, par soucis d’honnêteté intellectuel, vous informer que je suis le gérant d’Openflex. Mais cela ne devrait que vous confirmer que c’est une affaire sérieuse ;) Jugez-en par vous-même. En faisant partie du réseau Openflex :

  • vous bénéficierez de marges très généreuses, jusqu’à 50% de commissions,
  • vous touchez des commissions à vie sur les abonnements de vos clients,
  • vous avez très peu d’investissement à faire au démarrage,
  • vous profitez des campagnes marketing qu’Openflex mène à Madagascar,
  • etc.

J’ai créé le programme revendeur Openflex en réunissant tous les avantages que j’aurais moi-même voulu avoir en tant que revendeur… Pour en savoir plus sur Openflex, vous pouvez aller sur le site web https://openflex.cloud/fr/ (et pour le programme revendeur c’est ici : https://openflex.cloud/fr/revendeur/).

En plus, je donne personnellement et gratuitement des formations commerciales à mes revendeurs. Voilà une excellente manière de gagner de l’argent à Madagascar.

5. Faire de la télé

Et si vous tentiez l’aventure du petit écran ? C’est un domaine qui nécessite du travail, mais ce n’est pas si difficile qu’il n’y paraît. Et si vous êtes fort, vous pouvez très bien gagner votre vie.

J’ai moi-même tenu une émission de télé sur la RTA, Webactus :

Je suis également passé sur plusieurs plateaux TV : Dreamin, Skyone et TVM. Et dans quelques semaines, vous me verrez encore une fois sur la RTA pour une nouvelle émission totalement inédite :)

Alors que vous faut-il pour gagner de l’argent à Madagascar avec la télé :

  • un bon concept d’émission,
  • un bon contrat avec une chaîne de télé,
  • des sponsors,
  • et du travail…

La télé c’est comme le web, certains pourraient se laisser piéger par le préjugé du moindre effort. Or réussir à la télé, c’est toujours comme le boulanger qui se lève tous les matins à 5h pour aller pétrir son pain…

Gagner de l'argent à Madagascar
Gérez votre émission comme un boulanger gère sa boulangerie…

Pour le concept de l’émission, choisissez un sujet que vous maîtrisez sur le bout des doigts, et soyez original. Vous n’avez pas (encore) d’expertise dans un domaine, alors go vous acheter des livres à Ambohijatovo. De toute manière, si vous n’êtes expert dans aucun domaine, vous ne risquez pas de devenir riche un jour (en suivant la voie de l’honnêteté). Vous êtes un érudit en tricotage, alors faites une émission sur ce thème ! Par votre passion et vos connaissances, vous trouverez votre public.

Concernant le contrat avec la chaîne télévisée, vous avez en gros trois options (suivants vos capacités de négociations et la politique de la chaîne) :

  • vous louez une plage horaire dans laquelle vous diffuserez ce que vous voulez,
  • vous touchez un pourcentage sur le CA généré par l’émission,
  • vous vendez l’émission à la chaîne.

Chacun de ces contrats possèdent ses avantages et ses inconvénients, il n’y a en pas un meilleur que l’autre, tout dépend des circonstances. Le troisième type de contrat, celui où vous vendez votre émission à la chaîne télévisée, reste néanmoins très peu courant à Madagascar.

Si vous optez pour l’une des deux premières options, alors il vous faudra trouver ou aider la chaîne télévisée à trouver des sponsors. Outre le fait qu’il faille monter un dossier marketing, des talents de vendeur vous seront grandement utiles…

Devenez un bon vendeur :)
Devenez un bon vendeur :)

Enfin, il vous faudra beaucoup travailler. Une émission de télé se prépare soigneusement avant les tournages (scripts, habillage, accessoires, etc.), fait intervenir beaucoup de participants (cadreurs, monteurs, animateurs, invités, figurants, etc.) et demande énormément de temps pour la post-production pour obtenir un résultat de qualité.

Beaucoup de travail en somme, mais vous pourrez vous en tirer avec plusieurs millions d’Ariary par mois… À vous de voir ;)

Bonus : pour avoir des idées de business à Madagascar

Connaître son marché et plus généralement son environnement permet d’avoir plus d’idées de business à faire, mais également d’éviter les erreurs grossières (lancer une activité alors qu’il n’y a pas de marché…).

Pour cela je vous conseille très vivement de parcourir notre rubrique sur les sondages et statistiques à Madagascar. C’est une véritable mine d’or d’informations sur Madagascar de laquelle vous pourrez peut-être sortir la prochaine success story 100% gasy :)

En conclusion : gagner de l’argent à Madagascar

Quelque soit votre pays, quelque soit sa situation économique, il y a toujours un moyen pour gagner beaucoup d’argent. Et le plus important de tout : il y a toujours moyen de gagner beaucoup d’argent honnêtement et de manière pérenne. Il n’est pas du tout nécessaire d’inventer un nouveau Google, il vaut mieux d’ailleurs se tourner vers les fondamentaux du commerce et faire preuve de beaucoup de persévérance. Et surtout, soyez passionné par ce que vous faites ! La vie professionnelle vaut la peine d’être vécue aussi pleinement que la vie familiale. Et vous, comment faites-vous pour gagner de l’argent à Madagascar ?

> Voici comment Anja, membre de notre ONG, veut gagner sa vie : en vendant ses pâtisserie. Un très bel article à ne pas rater !

35 Commentaires

  1. une article tres interessant , que peut on faire avec 20 millions d’ Ariary svp ; je souhaiterai créer mon business

  2. Bonjour Stileex. Votre article m’a beaucoup intéressé, surtout en ce qui concerne la partie « revendeur de marques ». Du coup, j’ai essayé de d’ouvrir le lien https://openflex.cloud/fr/revendeur/ mais sans succès. Pouvez-vous m’aider ?

  3. Hello,

    Merci pour ces points de vue et ces conseils. Pour ma part, je valide le premier point…. Pour le reste, je reste tout de même dubitative.
    Comme tout business, il faut choisir un domaine qui concilie la passion, les compétences et l’opportunité… Si on est passionné mais qu’on n’a pas encore les compétences pour entrer dans un marché déjà saturé… ça peut être très difficile. Pas impossible, mais très difficile.
    Ou dans le cas contraire, un marché encore disponible mais sans compétences ni passion….
    Mais je pense surtout que dans tous les cas, il s’agit de persévérance et de discipline… le reste ne tient qu’à une bonne analyse du marché et des compétences.

  4. Avatar RAZAFY KRISITIANA

    Bonjour,
    Je me présente krisitiana, je suis jeune Malagasy. Actuellement, je travaille dans une société privée et j’aime mon travail. Cependant, en tant que jeune et dynamique, je veux avoir ma propre entreprise tout en sachant que je n’ai même pas de fonds et je devrais trouver de financement, alors pour être honnête avec vous , j’ai vraiment peur de ne pas y arriver mais grâce à vous conseils, je vais me battre pour atteindre mon but et je vous remercie du fond du cœur, j’en ai sincèrement besoins.

  5. Avatar Mariella Randrianasolo

    Bonjour , c’est surtout bien de pouvoir voir l’initiative des personnes qui ont eu des succès ça donne un peu d’idée sur ce que je pourrais faire à l’avenir afin de s’initier sur les choses les plus minimes d’abord ; je suis étudiante en Commerce Internationale à Madagascar et je prépare un mini projet qui doit être rentable à Madagascar et ça m’aidera peut être à le finaliser. Pour l’avenir, J’ai ainsi une perspective d’économiser un fond ‘fin j’ai déjà commencé il y a peu afin de faire une entreprise individuelle de transit. Qu’est ce que vous me suggérez à faire pour avoir le fond demandé ainsi que les plans à élaborer genre dans 5 ans si je veux commencer à chercher du travail en se focalisant tout de suite sur le département que j’ai choisi ?

  6. Bonjour! Comment peut-on devenir revendeur Openflex? Je réside à Madagascar. Merci de répondre

  7. Bonjour, il est surtout difficile de trouver un financement pour être à son compte et de débuter à Madagascar, la plupart des nouvelles entreprises ou commerce que je vois ouvrir à Madagascar sont beaucoup plus financés par des propres fonds, or qu’une entreprises doit avoir un fond de roulement derrière pour satisfaire un besoin et enclencher du self finance, pour pouvoir agrandir un réseaux de clientèles. Moi depuis des années que je cherche à débuter une entreprise, mais cela est un blocage.
    Si quelqu’un ici à des conseils ou pour me guider sur cette démarche, il ou elle serait les bienvenues.
    Cordialement,

  8. Bonjour, je suis opérateur OnLine en fiche produit en ce moment chez outsourcia, je connais presque tous les domaines, que ce soit informatique, actu ou histoire, cuisine, etc … mais vos conseils me paraissent très bien, le souci c’est le fonds, ou plutôt la collecte de fonds et comment démarrer mon parcours ? Que dois-je faire ? Le problème c’est que je connais tout et je ne maîtrise rien, ou le fait que je ne sais pas quoi faire parmi tant d’autres. Merci

  9. Bonjour j’aime l’article.. Moi je suis encore étudiante mais ma famille est sur Tamatave et dépendent de moi financièrement. C’est pas facile. J’ai un petit budget de 4000 euro aussi et je cherche quelque chose à faire avec, même si c’est pas bcp. Histoire que ma famille ait une rentrée d’argent. Peux tu me conseiller. J’ai voulu acheter un terrain sur Tana pour faire un petit fast food, mais d’après ce que tu dis, Tna n’est pas une bonne idée. J’aurai besoin de tes conseils, car j’ai vraiment besoin que ma famille se débrouille sans moi.

    • Salut RAS,
      Attention, je ne dis pas que Tana est un mauvais choix, c’est d’ailleurs dans cette ville que j’ai démarré ma réussite. Tu peux faire un fast food comme un commerce de chaussures, le plus important est que tu aimes ce que tu fais et les produits que tu vends. Attention à une chose, si tu fais un commerce ou un restaurant, le premier point le plus important est de bien choisir ton emplacement!!!!! Ne vas pas sur un terrain isolé sous prétexte que c’est moins cher…..

  10. Merci pour cet article complet – particulièrement le 1er conseil ;-)
    Du coup, j’arrête de chercher à monter ma boîte, cela ne me correspond pas.

    • Effectivement si créer une entreprise n’est pas pour vous, inutile de perdre votre temps, votre argent et votre moral sur ça…

  11. Bonjour Stileex, je suis un opérateur web à l’Argus- Adm Value Diégo – Suarez. Mon travail me passionne énormément, j’arriverai bien à faire beaucoup de chose pour mon avenir avec. Cependant, les pressions et les inquiétudes permanentes qui font rage au boulot me donne parfois une boule à l’estomac à chaque fois que je repars au boulot. J’ai toujours cette peur qu’on me mette à la porte du jour au lendemain, rien n’est sûr, j’ai envie de faire des projets dans ma vie mais on peut pas prédire l’avenir. Les fond que j’ai accumulé ne suffisent par faire une affaire (ça fait même pas un an que je travaille ici, mon premier boulot!) mais je veux pourtant monter mon propre affaire. Que peux tu me suggérer comme affaire avec un fond de 400.000Ariary? Merci de vouloir répondre rapidement. Cordialement, Jacob.

    • Salut Jacob,

      Je comprends que ta situation n’est pas facile à vivre et gagner de l’argent à Madagascar peut être assez dur des fois… Mais dans tous les cas, il faut tenir le coup!! Quand les choses ne vont pas bien pour moi, j’ai l’habitude de me dire dans la tête « Je suis plus grand que les problèmes », et ça me permet de me sentir plus fort et de relativiser les choses.

      Avec 400 000 Ar, ce n’est pas beaucoup d’argent pour investir. Peut-être te mettre à ton compte et vendre directement tes prestations… Quelles sont tes spécialités ?

    • salut Jacob,
      je peux te demander quel est ton projet exactement ?
      je cherche actuellement à investir dans un projet, j’ai des fonds et de l’espace ,
      il se peut que j’investisse dans ton projet s’il a un réel potentiel et je voudrais aussi savoir où te situes-tu à Madagascar?
      j’espère avoir une réponse assez rapidement !

    • Bonjour Mr Stileex,merci pour vos conseils moi j’aimerais bien changé de pays et j’ai opté pour Madagascar mais je faisais aussi les recherches par rapport à leur mode de vie etc… Et je suis tombée sur votre article.j’aimerais savoir juste par rapport à leur monnaie,la conversion en € où en $ s’il vous plaît.Exemple 1€ où 1$ est = à combien de Ar?

    • Salut Samata,
      Alors actuellement 1 € vaut 3964 Ar (1 $ vaut 3460 Ar).
      Tu peux utiliser Google pour convertir rapidement en tapant par exemple « 1 EUR MGA »

  12. on n’a rien sans rien c’est vrai ,la corruption est partout on peut l’excuser vu la pauvreté dans ce pays ,des 4×4 à foison et à coté la misère c’est intolérable ,le peuple malgache est un peuple docile ,quand à la réussite je pense à cette jeune femme qui a stoppé ses études ,je pense qu’elle a fait un bon choix ,car ensuite pour avoir une place dans l’administration il aurait fallu qu’elle donne une forte somme d’argent pour avoir un poste et je peux dire que pour les jeunes sortant avec un diplôme et pas d’argent, l’avenir est incertain pour eux ,je sais de quoi je parle même si cela dérange

  13. Comme beaucoup de vazahas, on pense qu’il est facile de réussir à Madagascar (la petite blague des étrangers on arrive milliardaire à Mada et on repart millionnaire). Oui c’est difficile de réussir mais j’ai mon copain de vingt ans, qui a trouvé son chemin tout doucement depuis 15 ans déjà à Mada. Les qualités sont toujours les mêmes: sérieux, courageux, tenace. Moi j’ai installé un malgache dans le métier de la confection depuis 4 ans, mais je pense qu’il manque de relations. Mais en fait c’est aussi difficile de réussir en France. J’ai été moi-même chef d’entreprise pendant 30 ans. Ce que je peux dire à tous, être responsable de sa vie n’a pas de prix. Bon courage à vous tous. Jo

  14. Je vous suis depuis un petit moment. Une de mes grandes amies m’avait parlé de vous. Avez vous un email où l’on puisse vous contacter pour d’éventuels opportunités d’affaires. En tout cas très beau billet… Merci pour la sincérité et surtout le partage.

    • Merci pour votre commentaire :) Voici mon adresse email : [email protected]
      Au plaisir de discuter avec vous

    • bonjour

      parait il que des friperies c s ‘en ai plein les rues moi sa me plairais vue que mon amie est malgache

  15. Avatar Niry RANDRIANOELY

    Article écrit avec beaucoup de sincérité, pas de mascarades et qui reflète la réalité socio-économique d’Antananarivo. Les trois ingrédients majeurs mis en évidences ici pour « réussir » son travail c’est la volonté, la passion et le dynamisme, surtout intellectuel (quel qu’il soit le niveau d’études). Soyons honnêtes, quel serait le ratio de ceux qui s’arment de ses leviers pour « s’enrichir » parmi les gens en âge de travailler qui veulent être riches ? Je risque fort d’être déçue par la réponse qu’on me donnerait. Alao hery ary !!!

    • Merci pour ce beau commentaire :)

    • Stileex

      Bonjour, ce n’est pas le business model rentable qui manque à Mada, mais l’enseignement financier. Comment trouver de l’argent. Je pense que 80% des Malgaches sont doués pour ça, mais seulement 20% savent comment investir chaque Ar gagné. De plus, la plupart des Malgaches vit de l’économie informelle.

  16. Et oui, soyez passionné par ce que vous faites!

  17. Article très intéressant, surtout pour le dernier conseil: celui de faire ce qui nous passionne. C’est une notion essentielle que beaucoup ont tendance à oublier, pris dans la course effrénée pour la fortune.

  18. Avatar ramanamizaka robin

    Très bonne analyse et de bons conseils.

  19. Avatar M'vila Hans Ludovic Claver

    Merci pour vos talents.
    Je suis intéressé de collaborer

  20. Merci beaucoup , encore un article formidable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Simon LEE
Simon LEEhttps://stileex.xyz
Titulaire d'un Master en Mathématiques fondamentales, entrepreneur dans les pays de l'Océan indien et en République tchèque, je préside aujourd'hui un groupe d'une dizaine de sociétés. Je partage mes connaissances, mes idées et mes pensées avec vous sur Stileex.