Madagascar n’est pas uniquement une île au trésor, où l’on peut trouver des pierres précieuses, ou encore un abri d’espèces animales endémiques. C’est surtout un pays qui possède une richesse culturelle sans égale. Quand on parle de culture malgache, on peut directement faire référence au « hira gasy ». Art populaire typiquement malgache, le hira gasy est encore actuellement une tradition phare, qui fait surtout la beauté culturelle de Madagascar.

Qu’est-ce que le « hira gasy » ?

Le hira gasy ou Hiratsangana que l’on peut traduire par : « spectacle de chant que l’on exécute et que l’on regarde debout », est un art malgache des hauts plateaux apparu vers les années 1900.

Il peut se pratiquer partout, aux marchés d’Antananarivo, dans les rues ou encore sur n’importe quelle place vague en plein air.

Symbole orchestral du XXème siècle
Symbole orchestral du XXème siècle

C’est un art populaire moralisateur composé de chant, de chorégraphie, accompagné de costumes et d’instruments de musique. Le récit des paroles se fait avec humour et dérision.

Un spectacle de hira gasy peut être réalisé par une seule ou deux troupes. Il est réalisé dans le but de transmettre un message au public, et surtout d’éduquer, car il s’adresse à chaque catégorie de personnes. C’est dans cette optique que les artistes malgaches transmettent des messages concernant l’amour, le travail, la vie au quotidien, la foi, ou racontent les « lovantsofina ». Ils utilisent les « ohabolana » ou les proverbes des sages malgaches.

La période sèche, notamment de mai à octobre, est le temps des hira gasy. Cet art mobilise un grand nombre de public des hautes terres, mais aussi des habitants des provinces de Madagascar.

Hira gasy ou combat de mots

Généralement, deux troupes s’affrontent lors du spectacle de hira gasy. Un ou plusieurs thèmes sont adoptés et les deux groupes s’expriment en discours, en chant ou en danse par tour à chaque étape du show.

Par dessus les messages à transmettre à travers cet art populaire, tous les éléments : les costumes, l’harmonie des gestes, la chorégraphie, les paroles et la poésie ainsi que la philosophie et le sens des textes sont importants. Le gagnant sera défini par le jury, qui n’est autre que le public. Le groupe qui reçoit le plus d’applaudissements est le vainqueur. Néanmoins, chaque troupe de « mpihira gasy » a ses particularités, et sa touche personnelle, ce qui signifie qu’aucune n’est inférieure à l’autre.

Les chants, gestes et chorégraphies s’effectuent avec le son des instruments notamment, les tambours et les percussions, les violons, les flûtes ainsi que les clarinettes.

Les deux troupes de mpihira gasy s'expriment à tour de rôle
Les deux troupes de mpihira gasy s’expriment à tour de rôle

Les étapes du hira gasy

La particularité du hira gasy est sa structure, il y a différentes étapes qui la constituent. Effectivement, le spectacle peut durer jusqu’à plusieurs heures, surtout s’il s’agit d’un affrontement entre deux troupes.

Le Sasitehaka 

C’est le commencement du show. Tambours et bruits d’applaudissements se font entendre pendant que les hommes « mpihira gasy » s’installent au milieu des spectateurs. Puis, des enfants font une chorégraphie en attendant l’entrée des femmes vêtues de longues robes, habituellement de couleur rouge, vert, violet ou orange. Le code vestimentaire des « mpihira gasy » serait un mélange du style traditionnel malgache et européen. Les hommes portent, en général, des vêtements de couleur rouge avec un pantalon noir et le plus important : le chapeau.

Les hommes portent toujours des chapeaux tandis que les femmes sont vêtues de robes longues pendant les spectacles de hira gasy
Les hommes portent toujours des chapeaux tandis que les femmes sont vêtues de robes longues pendant les spectacles de hira gasy

Le sasitehaka dure environ dix minutes.

Le Kabary 

Après le sasitehaka, le leader de la troupe procède au Kabary ou art oratoire, qu’il récite avec les « ohabolana » connus comme étant les proverbes populaires. Comme toutes traditions malgaches, il enlève son chapeau pour honorer la foule. Pendant son discours, il annonce le commencement du spectacle et invite les femmes à entrer sur scène.

L’entrée des membres féminins est suivie d’une chanson, et d’une brève performance. Ensuite, le leader continue son discours et annonce le thème du show. Un spectacle de hira gasy peut avoir plusieurs thèmes.

Le Renihira

Le renihira signifie le chant reine. C’est la base du hira gasy, c’est dans cette partie que les mpihira gasy abordent les thèmes mentionnés par le leader lors de son discours en chantant et en effectuant des gestes. Les acteurs et chanteurs se placent en cercle devant la foule autour des musiciens.

Le Dihy 

Le dihy ou la danse se fait après le renihira. Les chanteurs s’associent et cèdent la place aux danseurs qui sont en général les plus jeunes du groupe. La chorégraphie dure environ quinze minutes. En parallèle, un membre de la troupe fait le « kabarin-dihy », c’est une explication en rapport avec le ou les thèmes abordés.

Des pas de danse folkloriques sont accompagnés de figures acrobatiques et de techniques de combats ancestraux malgaches.

Le dihy peut être réalisé par un ou deux danseurs.

Le Zanakira 

Le zanakira marque la fin du spectacle, c’est la dernière partie qu’on appelle aussi « vakodrazana ».

Pendant cette étape, les chanteurs racontent le résumé des thèmes abordés pendant une vingtaine de minutes. Tout comme le renihira, il se fait en chanson. Contrairement aux autres étapes, les deux troupes réalisent ensemble cette dernière.

Le spectacle de hira gasy peut durer plusieures heures
Le spectacle de hira gasy peut durer plusieurs heures

Le hira gasy a traversé bien des années, et aujourd’hui, il est toujours considéré comme étant une des richesses culturelles malgaches. Il peut être assimilé au théâtre populaire ou à l’opérette. Malgré qu’il se fait quelques fois éclipser par la musique moderne, le hira gasy reste très apprécié, surtout dans le milieu rural.

C’est également une des attractions touristiques prisées par les étrangers. Notons que les cultures propres à notre pays sont les éléments qui favorisent le plus le tourisme à Madagascar.

3 Commentaires

  1. Tatianah Tiavintsoa Tatianah Tiavintsoa

    Le hira gasy est toujours apprécié par les Malgaches surtout par la population rurale. Je pense que l’approche qu’ils utilisent s’avère être une forme de communication très efficace. Effectivement, ils véhiculent des messages forts allant des critiques politiques, religieuses, en passant par les problèmes quotidiens et les conseils.
    J’ai remarqué qu’aujourd’hui, le hira gasy est plus écouté et apprécié durant les cérémonies d’exhumation.

    • Effectivement @Tatianah, d’ailleurs, c’est actuellement la période de l’exhumation et du hira gasy. On les retrouve les plus souvent dans la partie Sud des hauts plateaux, sur la RN7.

  2. Miharintsoa Rajaonary Miharintsoa Rajaonary

    L’art du « hira gasy » a été créé au XVIIIe siècle pendant la royauté d’Andrianampoinimerina pour attirer le peuple avant ses discours. C’était un bon moyen de communiquer et d’éduquer en ces temps. Tu as raison @Hoby, malgré l’invasion des musiques modernes, cette culture malgache reste quand même très appréciée, surtout dans les régions rurales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here