Au premier coup d’œil, on pense trop souvent que le moraingy, l’art martial traditionnel malgache, n’est qu’un sport de combat comme tous les autres. Mais en regardant de plus près, sa dénomination en tant qu’art lui correspond mieux, car le moraingy fait partie intégrante de la culture malgache. Aujourd’hui, le moraingy est un art malgache devenu une grande fierté nationale. C’est donc dans cette vision que nous allons découvrir et redécouvrir le moraingy, l’art martial malgache à raison d’un développement personnel.

Le moraingy va de l’entraînement royal au divertissement du public

Il faut savoir que le moraingy en tant qu’art martial malagasy se pratiquait déjà dans la Grande Île bien avant la période de colonisation de Madagascar pendant le 15e siècle. Ce sport a été basé sur la self-défense en fusionnant la boxe et la lutte, où deux hommes s’affrontaient à mains nues dans un cercle.

Ce sport fait aussi office de divertissement pour les combattants et les spectateurs
Ce sport fait aussi office de divertissement pour les combattants et les spectateurs

Dans ce temps, ce sont essentiellement les guerriers et les gardes du corps de la royauté de l’ethnie Sakalava qui pratiquaient ce sport de combat. Non seulement cet art malgache était un bon entraînement pour ces derniers, mais le moraingy contribuait aussi aux divers jeux et divertissements pour le grand public.

Le moraingy : l’art martial malgache s’étend dans toute la Grande Île

Si avant, le moraingy était une culture dans la partie occidentale de Madagascar, ce sport s’est vite ouvert à certaines ethnies de la Grande Île, essentiellement dans les hauts plateaux, comme dans la capitale de Madagascar, ainsi que les villes de la côte Ouest. Actuellement, les régions côtières, comme dans la partie Nord-Ouest et même jusqu’au Nord, continuent encore à pratiquer le moraingy.

On peut apercevoir cet art martial malgache dans toutes les régions de la Grande île
On peut apercevoir cet art martial malgache dans toutes les régions de la Grande île

Si autrefois ce sport ne se pratiquait qu’en plein air dans un cercle, aujourd’hui, le moraingy a été « normalisé ». Maintenant, il se pratique aussi dans des gymnases, des centres sportifs, etc. Les deux combattants ne vont néanmoins pas s’affronter sur un ring… les Malgaches ont préféré garder le cercle et la terre.

Le moraingy, un art martial qui prône les valeurs malgaches d’aujourd’hui

Quand nous parlons de moraingy, il ne faut pas toujours penser à un simple sport de combat. À Madagascar, le moraingy est une des cultures qui préconise les valeurs malgaches. Aujourd’hui encore, le moraingy est organisé dans plusieurs villes de la Grande Île, surtout dans celles où les cérémonies traditionnelles sont perpétuellement présentes. Nous pouvons associer les différentes cérémonies malgaches telles que les exhumations, les enterrements et même les naissances à cet art malgache.

Mais le moraingy qui est un art martial purement malagasy n’en reste pas là. En tant que prôneur de tout un pays, il montre à la génération future les valeurs morales et les lignes à suivre pour le développement de soi et enfin être un vrai malagasy loyal. Entre autres, il y a le « fihavanana », la solidarité, mais aussi le respect de soi et d’autrui.

Ces combats unissent le peuple, les habitants du village
Ces combats unissent le peuple, les habitants du village

Avant de devenir une fierté nationale, le moraingy, art martial malgache, fut une simple tradition coutumière dans les côtes occidentales de la Grande Île. Mais avec les valeurs qu’il a apporté, cet art est devenu bien plus que populaire. C’est un vrai paradoxe de voir que d’un côté le moraingy, en tant que sport de combat combine la boxe et la lutte, et que de l’autre cet art malgache a su fusionner plusieurs bonnes valeurs malgaches, et ainsi les partager à la future génération, pour que ces derniers deviennent de meilleures personnes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here