Il est bien révolu le temps où Madagascar comptaient d’énormes forêts verdoyantes, aujourd’hui ce patrimoine s’éteint peu à peu. Consciente de ce fléau, une jeune femme s’est alors mise sur le devant de la scène pour faire entendre sa voix et agir afin que le pays retrouve l’appellation d’ « île verte » qu’il portait si bien jadis. Notre portrait du jour nous emmène alors à la rencontre de mademoiselle Ravoninjatovo Onjatiana Rajaobelina, fondatrice de l’association Greener Madagascar et de son amour pour la nature.

Parles-nous un peu de toi Onjatiana Rajaobelina

Je me nomme Ravoninjatovo Onjatiana Rajaobelina, je suis la fondatrice de l’association Greener Madagascar. Je travaille dans le domaine de l’environnement chez Graine de vie, au poste de responsable communication.

Ravoninjatovo Onjatiana Rajaobelina vêtue du T-shirt de son association
Ravoninjatovo Onjatiana Rajaobelina vêtue du T-shirt de son association

Étant une militante pour la préservation de l’environnement, j’aimerais faire participer d’autres jeunes à cette cause qui me tient réellement à cœur. J’ai toujours été passionnée par la nature, cela vient peut-être du fait que j’ai toujours vécu à la campagne.

Peux-tu nous raconter ton parcours ?

J’ai fait des études en communication médiatique et publicitaire au sein de l’université STICOM Ankatso. J’ai également fait des études en leadership et je suis titulaire d’un diplôme en langue anglaise ainsi que d’un master en droit public.

En général, comment se déroule ta routine ?

Bien que je consacre la plus grande partie (environ 70%) de mon temps à Greener, c’est pour moi une passion et je le fais avec beaucoup d’enthousiasme. Ce qui me plaît le plus c’est de pouvoir interagir avec des jeunes. Puis, c’est aussi un moyen de m’évader. Durant les week-ends, je m’autorise des sorties détentes.

Onjatiana Rajaobelina, à propos de Greener Madagascar…

Qu’est-ce qui t’a poussé à créer cette association?

Avec quelques amis, nous avons fait une sensibilisation pour la protection de la plage sur la côte Est de l’île. À notre retour à Antananarivo et après la création de notre page Facebook, nous avons constaté que beaucoup de personnes s’y intéressaient et voulaient rejoindre notre mouvement. Puis c’est à partir de là que j’ai décidé de formaliser ce que l’on faisait pour que l’on puisse agir de façon permanente.

Je me suis dit qu’il était nécessaire d’impliquer davantage les jeunes, malgré le fait qu’il y ait déjà de nombreuses associations. J’ai créé Greener Madagascar pour montrer qu’ils peuvent prendre les choses en main et apporter du changement. D’ailleurs, nous avons choisi un nom anglais « Greener » car nous voulons traverser les frontières pour donner l’exemple dans le monde entier et pas uniquement dans notre pays. Puis, à travers nos publications bilingues, nous nous adressons aux Malgaches, mais aussi aux étrangers.

Comment agit-elle?

Nous avons plusieurs activités parce que nous croyons qu’il y a plusieurs façons de protéger l’environnement. Il y a le verdissement et le reboisement, la sensibilisation, les ateliers de recyclage, etc.

Le recyclage, une des activités que Greener réalise pour préserver l'île
Le recyclage, une des activités que Greener réalise pour préserver l’île

Nous avons d’autres activités qui ne sont pas vraiment en relation avec notre objectif, comme le langage club qui consiste à forger les capacités de nos membres à convaincre, prendre la parole en public, à s’exprimer et à défendre leurs idées.

Nous sommes très optimistes quant à l’avenir de notre pays puisque, déjà cette année, nous avons eu des résultats vraiment positifs. On compte élargir nos activités dans toutes les régions et on espère que d’ici quelques années il y aura des centaines de membres de Greener aux quatre coins de Madagascar.

Quel est votre slogan ?

Le slogan de l’association est : « Madagasikara ho Nosy maitso indray », à traduire : Madagascar sera de nouveau une île verte. Notre île est magnifique et nous aimerions qu’elle retrouve son statut d’antan. Nous voulons aussi la préserver pour la génération future, mais aussi pour que nous puissions en profiter.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées durant la réalisation de vos activités ?

Le fait est que nous nous sommes diversifiés, nous ne nous sommes pas spécialisés dans un seul domaine. Nous avons récemment reçu des critiques concernant le reboisement. Toutefois, cette diversification a fait notre force.

Notre potentiel est paralysé parce que nous manquons de ressources financières. Cependant, c’est un mal pour un bien car on sait que nous pouvons agir sans pour autant attendre des aides extérieures. Nous sommes à présent conscients qu’il suffit d’avoir une bonne volonté et un peu de tact.

Onjatiana Rajaobelina (tout à gauche) et l'équipe de Greener Madagascar
Onjatiana Rajaobelina (tout à gauche) et l’équipe de Greener Madagascar

Où trouvez-vous l’argent pour vos activités ?

Les membres font des cotisations mensuelles à hauteur de 2 000 Ariary. Cette somme nous permet de réaliser de grandes choses. Dès fois, pour récolter de l’argent et selon les besoins, nous organisons des levées de fonds. Nous vendons aussi des T-shirts Greener Madagascar.

Avez-vous déjà pensé à travailler avec Madagascar Will Rise ?

Nous avons déjà travaillé avec une dizaine d’associations de jeunes. Nous sommes ouverts à toutes sortes de collaboration. Je pense qu’on serait très motivé de pouvoir travailler avec MWR parce qu’on partage la même vision en impliquant les jeunes dans nos actions.

Quels sont les événements auxquels vous avez participé ?

Nous participons à beaucoup d’événements tels que des festivals et des salons. Le but c’est de pouvoir partager aux gens nos valeurs et les raisons qui nous motivent.

Nous étions partenaires du Festival des jardins avec l’Alliance française de Tananarive, mais aussi du ZÉRO WASTE FESTIVAL qui regroupait environ une vingtaine d’associations locales. On travaille également avec Graine de vie, qui sont des fournisseurs d’arbres. Finalement, nous travaillons avec La City, où nous avons réalisé des ateliers de recyclage.

Greener Madagascar a également participé à des émissions de télé et de radio qui avaient pour thème le rôle de la femme dans la protection de l’environnement à Madagascar. On y a surtout parlé des petits gestes à accomplir et des astuces beauté en utilisant des produits biologiques.

Quand les Greener font de la sensibilisation auprès des plus jeunes ...
Quand les Greener font de la sensibilisation auprès des plus jeunes …

Quels sont les critères requis pour devenir membre de Greener Madagascar ?

Nous n’avons pas de critères en terme de compétences puisque nous ne sommes pas spécialisés dans l’environnement. Ce que nous recherchons le plus chez nos membres c’est qu’ils aient la volonté de participer aux activités chaque semaine et qu’ils soient toujours présents. On exige également qu’ils partagent les mêmes valeurs et ambitions que nous, c’est-à-dire de protéger notre île.

Bientôt nous allons organiser un recrutement qui se fera en plusieurs étapes. D’abord, il faut remplir un questionnaire qui définira si la personne est vraiment motivée et ne cherche pas juste à avoir un statut. Ensuite, les candidats doivent passer un entretien. Et il y a un comité qui décide si la personne peut devenir membre ou pas.

Peux-tu nous raconter une petite anecdote ?

J’étais quelqu’un de très très timide, j’avais du mal à prendre la parole, mais une fois devenue la présidente de l’association, j’ai dû mettre ma timidité de côté. Alors, j’ai appris à m’exprimer en public et quelquefois à donner des ordres. C’était vraiment un grand bouleversement pour moi qui ne suis pas habituée à de grandes responsabilités :D.

J’ai changé de rythme de vie, de façon de penser et de m’exprimer. Pour résumer, le fait de devenir présidente de Greener Madagascar m’a fait mûrir, comme si j’étais passée de 15 ans à 30 ans d’un coup. Hihi !

Un petit message pour nos lecteurs, s’il te plaît Onjatiana Rajaobelina

Concernant l’environnement, surtout souvenez-vous qu’il n’y a pas de petits gestes, ils comptent tous. Et puis, ne cessez jamais de croire en vos rêves, comme le dit si bien Grand Corps Malade, « Il n’y a pas de barrières infranchissables ».

En créant Greener Madagascar, Ravoninjatovo Onjatiana Rajaobelina donne l’espoir d’un monde nouveau. Ces jeunes sont des modèles pour tous et ce qu’ils font pour le pays et l’environnement est fort honorable. Cependant, lorsqu’il est question de protection de l’environnement, chacun de nous est concerné et est tout autant responsable. Sur ces mots, l’équipe du Stileex Post souhaite le meilleur pour Ravoninjatovo Onjatiana et tous les membres de l’association Greener Madagascar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here