Openflex, le Cloud sans abonnement
Openflex, le Cloud sans abonnement
Openflex, le Cloud sans abonnement
Openflex, le Cloud sans abonnement

06/03/2018. A chaque fois que je monte à Antananarivo, l’une des choses qui ne cesse de m’étonner est la présence omniprésente de publicité où que je regarde. Les publicités se sont même frayées un chemin au milieu des journaux télévisés. Pour ceux qui sont habitués à vivre dans la capitale, ils ne les remarquent peut-être plus. Mais pour les personnes étrangères à la ville, le contraste est saisissant.

Une invasion préoccupante

Maison pub
Maison pub

Il y a quelques années de cela, vous vous souvenez peut-être du bras de fer entre la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) et Injet quand ce dernier voulait poser des panneaux publicitaires du côté d’Antanimena. Apparemment, ce temps et bien révolu.

Il y en a même qui outrepassent délibérément la loi comme ce qu’a fait l’agence ERRE en 2015 malgré l’arrêt temporaire des octrois des autorisations délivrées par la CUA.

A ce rythme, chaque bout de mètre carré encore disponible sur la voie publique sera envahi par les affiches, les panneaux publicitaires et les ondes tout bonnement saturés. La loi malagasy dit que : “Les plaques publicitaires, les enseignes et pré-enseignes doivent être visibles et implantées sur la voie publique en préservant l’environnement et en respectant le plan d’urbanisme.

Je me demande jusqu’où iront les publicitaires avant de ne plus préserver l’environnement (visuel, sonore, olfactif…), ainsi que le plan d’urbanisme. Leurs dernières trouvailles : peindre directement sur la carrosserie des bus leurs produits. Franchement, je trouve que cela pique les yeux.

A lire: L’urbanisation, une priorité pour le développement de Madagascar

Cadres juridiques entourant la publicité à Madagascar

Loi sur la publicité à Madagascar
Loi sur la publicité à Madagascar

Ne soyez pas si étonné ! Bien évidemment qu’il y a des lois qui régissent le monde de la publicité à Madagascar. Et il semble même que le dernier décret s’y rapportant a fait l’objet d’une polémique tellement il est particulièrement restrictif. Pourtant, nombreux sont les protagonistes qui n’en tiennent pas vraiment compte ou qui aiment jouer aux frontières de la légalité. Ces lois en question cadrent à la fois la forme (aspect, couleur, support, méthodes de diffusion…), mais également le fond ainsi que l’emplacement des publicités.

Avant, j’avais juste une très vague notion de ce qui est légal ou pas en matière de publicité. Tout ce que je savais était qu’il fallait une autorisation de la commune pour coller des affiches ou pour planter des panneaux publicitaires et que la publicité mensongère est interdite. A partir de ce jour (pour ceux qui l’ignorent encore), retenez mes chers lecteurs que plusieurs lois gèrent la publicité à Madagascar dont :

  • la loi-n°2016-029 portant code de la communication médiatisée,
  • la loi n°2015-014 sur les garanties et la protection des consommateurs,
  • la loi n°97-025 régissant l’organisation de la concurrence ainsi que l’information et la protection des consommateurs.

Les autorités compétentes

Plusieurs organismes étatiques ont le pouvoir de surveiller les publicités dont entre autres :

  • L’Autorité Nationale de Régulation de la Communication Médiatisée (ANRCM) ayant pour organisme de tutelle le ministère de la communication. Elle a le pouvoir de retirer la licence d’une entreprise de publicité par exemple. Elle peut intervenir sur toutes les formes de publicités, même celles qui sont diffusées sur internet.
  • Le Ministère du Commerce ainsi que son Conseil de la Concurrence. Ils peuvent retirer une publicité, voir même suspendre ou arrêter la vente d’un produit.
  • Ou encore la Direction de l’Urbanisme et du Développement (DUD) qui fait partie de la Commune Urbaine. Elle octroie ou retire les autorisations pour les panneaux publicitaires. Dernièrement, cette direction a été pointée du doigt pour le danger que représentent certains panneaux publicitaires qui n’ont apparemment pas étés réalisés dans les normes.

Quelques articles intéressants

Panneaux publicitaires Antananarivo
Panneaux publicitaires Antananarivo

Cela va prendre du temps si je me mettais à vous citer un à un les textes en rapport avec la publicité à Madagascar. Néanmoins, voici quelques articles qui ont particulièrement retenu mon attention.

L’article 90 du code de la communication médiatisée dit que “Font l’objet d’un dépôt légal dès lors qu’ils sont mis à la disposition du public ou rendus publics, les documents imprimés et graphiques (journaux, périodiques, bulletins d’agence ou de presse, dépliants, brochures, jaquettes, affiches, affichettes…) les documents sonores, audiovisuels (cassettes, compact disque, Cd-rom, film, série, documentaire, clip, publicité, homélies) et multimédias, quel que soit leur procédé technique de production, d’édition ou de diffusion.

Alors, si nous nous basons sur cet article, même les petits bouts de papiers publicitaires que les distributeurs ambulants vous tendent à chaque coin de rue doivent faire l’objet d’un dépôt légal. Franchement, quand je fais mes courses, je m’en passerai bien. Ont-ils été faits dans les règles ? Je suis sceptique à cette idée. La plupart du temps, les gens ont tendance à les jeter quelques mètres plus loin, un beau gâchis en plus d’être salissant.

L’article 179 de la même loi dit que : “La publicité doit être conforme aux exigences de décence et de respect de la personne humaine, de son droit et de sa conscience. ” S’ajoute à cela l’article 181 qui dit que ” Toute publicité ne doit en aucun cas exploiter l’inexpérience et la crédulité du public et notamment des enfants et des adolescents.

Franchement quand vous voyez de la publicité portant sur des produits chimiques que les industriels essayent de vendre à vos enfants, ne vous dites-vous pas qu’il s’en passera encore du temps avant que cette loi ne soit appliquée à la lettre chez nous ?

Enfin, pour ceux qui sont curieux, les articles interdisant les publicités mensongères se trouvent à l’article 19 de la loi régissant l’organisation de la Concurrence ainsi que l’information et la protection des consommateurs. Il est également fait mention de cela dans l’article 28 de la loi sur les garanties et la protection des consommateurs.

La publicité Malagasy à l’assaut d’internet

Publicité sur internet
Publicité sur internet

L’énorme fracture numérique qui règne à Madagascar n’a apparemment pas empêché les publicités sur internet de proliférer. Avec les offres à petit prix proposées par les fournisseurs d’accès internet, ceux qui ont accès aux nouvelles technologies de l’information sont devenus les nouveaux cibles des publicitaires et des entreprises locales et étrangères.

Personnellement, je n’ai rien contre. D’ailleurs, cela marche assez bien sur moi. Il m’arrive de cliquer sur les liens quand je trouve une annonce intéressante. Là où cela me dérange est quand il y en a trop. Si jamais votre appareil a tendance à ramer, le temps de chargement de la page devient un véritable calvaire.

En ce qui concerne la publicité sur internet, l’article 175 de la loi-n°2016-029 dit que : “Les services de radio et de télévision accessibles sur la toile sont soumis aux mêmes obligations que les services de même nature accessibles par voie hertzienne, par câble ou connexion, à l’exception des obligations re levant de la particularité des modes de transmission non applicables sur la toile. La communication médiatisée sur la toile est soumise à autorisation administrative et à la régulation de l’Autorité Nationale de Régulation des Communications Médiatisées.

Mes conseils

Comme on dit, ” tout ce qui brille n’est pas or “. Il faut garder à l’esprit que la publicité sert surtout à attirer votre regard sur un produit. Soyez prudent sur la manière dont vous interprétez ce que vous voyez. Préservez surtout vos enfants des publicités qui combinent les sons et les images. Elles sont particulièrement efficaces auprès des enfants qui sont très réceptifs.

Faites votre devoir citoyen. Comme vous le savez maintenant, des lois existent pour cadrer le monde de la publicité à Madagascar. A la limite, si vous ne savez vraiment pas quoi faire, il vous reste les associations de consommateur et les collectifs qui feront parvenir vos plaintes (espérons-le) aux autorités compétentes.

Malheureusement vous ne pouvez pas éviter les publicités. Pour les autres villes de Madagascar, ce n’est juste qu’un répit. Les publicités sont maintenant partout, même sur les tickets de caisse (une idée pas bête soit dit en passant). Sûrement que si l’état des routes le permet, cette invasion publicitaire se serait propagée encore plus vite. Impossible donc d’y échapper. Tout ce que l’on peut espérer est que les publicitaires fassent bon usage des espaces qui leurs sont alloués.

Dinah

L'auteur de cet article : Dinah

Passionnée de lecture, de photos, de voyages et de découvertes… Je n'aurai pas pu mieux tomber que chez Stileex. Ici, j'ai la possibilité d'aborder des sujets et des thèmes qui concernent de très près le quotidien des Malagasy, de donner des conseils pratiques, de partager mon vécu, mes avis… de connaître les vôtres aussi dans les commentaires (je compte sur vous pour cela !). Alors, vivez Stileex avec nous. C'est l'une des meilleures façons de rester informé et bien informé surtout. Voir tous les articles de Dinah

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des