Après avoir pris soin de la chienne lors de sa gestation, puis lors de la mise bas, nous allons maintenant nous occuper de ses petits chiots. Le sevrage d’un chiot est tout un processus qui se fait par étape et qui court de sa 3e semaine jusqu’à sa 9e. Cette période commence dès le moment où il est assez curieux pour consommer autre chose que le lait maternel et se termine par sa séparation physique avec sa mère. Pour le sevrer, il va donc falloir lui faire manger de la nourriture variée incluant un aliment de croissance adapté au chiot. Mon article d’aujourd’hui vous donne plusieurs conseils pour assurer non seulement la bonne santé du chiot lors de son sevrage, mais aussi celui de la mère.

L’intérêt du sevrage alimentaire d’un chiot

À un moment donné, plus précisément, à partir de leur 3e semaine, les chiots vont gêner leur mère en tétant avec leurs dents de lait. Celle-ci, d’ailleurs, va commencer à grogner et montrer qu’elle est de moins en moins encline à allaiter.

Avec tout ça, la maman chien va aussi commencer à manquer de lait (surtout s’il s’agit d’une petite race). Or, la période de 3 à 4 semaines correspond à une poussée de croissance pour un chiot. Une période où il a besoin de prendre des forces et surtout, de grossir et de grandir comme il faut.

Avec une portée nombreuse, la chienne risque plus de manquer de lait
Avec une portée nombreuse, la chienne risque plus de manquer de lait

Dans la nature, la mère guidera ses petits vers d’autres sources d’alimentation. Mais on peut tout à fait donner un coup de pouce à la nature en s’occupant intelligemment de l’alimentation des chiots pendant ce sevrage.

Que ce soit avant ou après le sevrage, un chiot doit grossir et grandir
Que ce soit avant ou après le sevrage, un chiot doit grossir et grandir

L’alimentation de la mère et du chiot pendant le sevrage

Durant la lactation, la chienne doit se nourrir en quantité , surtout quand ses chiots sont en pleine croissance. Si elle ne se nourrit pas convenablement pendant cette période d’allaitement, elle s’expose à un risque d’éclampsie, c’est-à-dire à des crises convulsives dues à une carence en calcium.

Pour éviter cela, vous pouvez lui donner des croquettes pour chiot qui lui apporteront les nutriments nécessaires à son état physiologique.

Très naturellement, une fois la chienne moins enthousiaste à les allaiter, les chiots iront de leur plein gré fouiller dans la gamelle de leur mère par mimétisme. Eh oui, le sevrage d’un chiot passe par une autonomisation progressive en matière d’alimentation : c’est le signe que le sevrage a commencé !

Et donc, même si les tétées se réduisent, leur donner des croquettes adaptées enrichira leur alimentation en nutriments et favorisera leur croissance. Il faut par contre faire attention à ce qu’ils mangent puisque leurs petits estomacs ne digèrent pas encore bien certains composants alimentaires. Il existe ainsi des croquettes dites « pour chiot » et même « fin d’allaitement » sur le marché. Ces croquettes sont spécialement étudiées pour subvenir aux besoins spécifiques du chiot en période de sevrage et aident beaucoup dans ce processus progressif qu’est le sevrage d’un chiot.

Voici donc, étape par étape, comment se passe le sevrage alimentaire d’un chiot :

  • 3e ou 4e semaine de vie : incorporez de la bouillie de croquettes dans son alimentation, bouillie préparée à partir de lait maternisé pour chiot. Prenez des croquettes pour chiot ou fin d’allaitement
  • 5e semaine : remplacez le lait par de l’eau et n’écrasez plus les croquettes
  • à partir de la 7e semaine : ne mettez plus d’eau dans ses croquettes et changez en croquettes « spécial croissance ». Attention, comme il existe des chiots de petites, moyennes et grandes races, et même des races géantes, il faudra absolument choisir des croquettes adaptées aux besoins du chiot qui grandit. Et n’oubliez pas de laisser tout le temps une gamelle d’eau fraîche à sa disposition
Durant le sevrage d'un chiot, l'apport des croquettes est essentiel à sa croissance
Durant le sevrage d’un chiot, l’apport des croquettes est essentiel à sa croissance

Note : vous pouvez donner de ces croquettes spéciales à leur mère et il est même recommandé d’en donner à la chienne dès la mise bas.

Les soins vétérinaires avant, pendant, et après le sevrage d’un chiot

Réussir le sevrage d’un chiot, cela passe aussi par les soins vétérinaires qu’on lui administre.

Dans un bon élevage, un élevage où l’éleveur fait attention à ses chiens et chiots, on s’assure de la prophylaxie de la mère et des chiots le plus tôt possible (la prophylaxie désigne l’ensemble des mesures prises pour éviter les maladies). Vous êtes tout à fait en droit de consulter son carnet de santé quand vous voulez choisir un chiot.

Un jeune Malinois, vif et en très bonne santé de chez Vet Clinic
Un jeune Malinois, vif et en très bonne santé de chez Vet Clinic

Commençons par les vermifuges : l’idéal serait d’en donner à la mère ainsi qu’aux chiots 2 semaines après la mise bas. Ensuite, ça doit se refaire tous les 15 jours jusqu’à l’âge de 3 mois.

À part cela, tout comme pour les humains, il y a les vaccins. Ces derniers sont recommandés selon les circonstances épidémiologiques et du contexte environnemental où vivent les chiots. De ce fait, c’est au vétérinaire de définir le protocole vaccinal le plus adapté aux chiots d’un élevage donné.

Le chiot peut alors se faire vacciner dès l’âge de 3 semaines, incluant des rappels tous les 15 jours, mais ça varie d’un vaccin à l’autre. Je vous donne ci-dessous une liste de vaccins recommandés pour les chiots :

Vaccins recommandésÂge à la primovaccinationFréquence des rappels
Vaccin contre la toux de chenilDès 3 semainesÀ chaque fois que le chien va dans un endroit à risque
Vaccin contre la parvoviroseEntre 5 et 12 semaines4 fois
Vaccin contre les maladies de Carré, l’Hépatite de Rubarth et la LeptospiroseÀ partir de 7 ou 8 semaines2 à 3 fois
Vaccin contre la rageÀ partir de 3 mois1 fois par an
Eh oui, les chiens ont aussi droit à un calendrier vaccinal !
Eh oui, les chiens ont aussi droit à un calendrier vaccinal !

On n’aura de cesse de le rappeler, le sevrage d’un chiot ne doit pas se faire prématurément et bien qu’il puisse s’alimenter par lui même assez tôt, la présence de la mère est essentielle dans le sevrage et l’éducation du chiot.

Si vous hésitez encore dans le sevrage de votre chiot, je vous recommande de vous adresser à des professionnels qui sauront vous fournir des conseils avisés et personnalisés en fonction de votre situation (race de chien, âge, etc.) Je vous conseille pour cela Vet Clinic, que je remercie d’ailleurs pour les précieuses informations qu’ils m’ont fournies et qui ont été nécessaires à la rédaction de cet article. La passion qui les anime en dit long sur le soin et la qualité qu’ils mettront en œuvre pour vous aider, vous et votre petit compagnon.

Contact de Vet Clinic :

Vet Clinic 24h – Clinique vétérinaire
Lot II E 2 ZWR – Ampandrianomby, 101 Antananarivo – Madagascar
Numéros de téléphone : 020 22 415 45 / 034 04 411 17 / 033 12 411 17 / 032 05 411 17
Plus Code Google Maps : 4G2W+WW Tananarive

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here