Entre les Rajaonarimampianina, Andriantsimitoviaminandriandehibe (« le prince qui ne ressemble pas aux autres grands princes ») et Andrianampoinimerina (« le prince désiré par l’Imerina »), prononcer les noms malgaches s’avère être un vrai défi. Les vazaha, et même certains habitants de Madagascar ont du mal à ne pas perdre leur souffle avec des patronymes aussi longs. Mais défier la diction du reste du monde n’est pas l’objectif premier des noms malgaches, ils ont chacun une signification. Entre histoire, récit de vie ou souhaits pour celui qui le porte, voyons la signification réelle ainsi que les origines du nom malgache.

À chacun son nom, à chacun sa destinée

Originellement, le nom malgache ne se transmet pas de père en fils, chaque individu doit porter un nom différent qui reflétera soit un souhait soit une circonstance soit un caractère de la personne. C’est d’ailleurs pour cela que les Ntaolo (ou ancêtres) ne nommaient chaque enfant que des mois voire des années après leur naissance. Ils sont d’abord désignés par des sobriquets, une fois l’ala volon-jaza (première coupe de cheveux) effectué, l’enfant est nommé.

Selon la culture malgache, il y a des étapes dans la nomination d’un être. À la naissance, cet être est encore considéré comme étant une bête. L’ala volon-jaza consistera alors à « ôter » son pelage de bête, d’animal pour devenir enfin une personne. C’est donc pour cela que le nom est fixé une fois cette étape franchie.

Avant même de chercher à connaître sa signification, sachez que les noms malgaches ne se donnaient qu'après l'étape du ala volon-jaza
Avant même de chercher à connaître sa signification, sachez que les noms malgaches ne se donnaient qu’après l’étape du ala volon-jaza

À Madagascar, selon la tradition, il ne doit pas exister de prénom, seuls les surnoms ou sobriquets peuvent désigner une personne. Les surnoms sont plus communément utilisés que les noms, car selon la philosophie malgache, le nom ne se prononce pas à tout-va. Lors du kabary d’ailleurs, il est d’usage de s’excuser avant de nommer ou prononcer le nom d’un individu : le nom étant le reflet du vintana d’une personne, le prononcer devant son propriétaire serait le dénigrer.

Selon les us et coutumes du pays toujours, la tâche d’attribuer un nom à un enfant n’est pas à confier aux parents, mais au mpanandro (devin), car ce dernier est le seul en connaissance du vintana (destinée) d’une personne. Ainsi, le nom d’un individu peut également dépendre du jour, du mois malgache durant lequel il est né, et donc de son vintana. Par conséquent, les noms malgaches anciens dépendaient des 12 mois malgaches/vintana existants :

  • alahamady
  • adaoro
  • adizaoza
  • asorotany
  • alahasaty
  • asombola
  • adimizana
  • alakarabo
  • alakaosy
  • adijady
  • adalo
  • alohotsy

Par exemple, si un individu masculin est né sous le vintana alahamady, il s’appellera Dama. Si un individu masculin est né sous le vintana adimizana, il devra s’appeler Monja ou Miza si c’est une femme. Il en est de même pour les individus se nommant Soja, il sont sûrement nés sous le vintana adizaoza.

Voici, selon le mois ou vintana de naissance et le sexe, les noms que doivent porter les individus :

Mois/vintanaNom masculinNom féminin
AlahamadyDamaHova
AdaoroSamboSama
AdizaozaSojaSiza
AsorotanyMosaMasy
AlahasatyRealyTema
AsombolaMbolaVola
AdimizanaMonjaMiza
AlakaraboLamboSay
AlakaosyMihaMaho
AdijadyMasaKajy
AdaloLahaVaha
AlohotsyMakaMary

Ainsi, selon les croyances malgaches, il est possible pour une personne de connaître les détails de sa vie et même la date de son décès rien qu’à son nom : si un mouvement se fait à travers les astres, toutes les personnes nées sous la constellation concernée et donc portant le même nom subiront les effets de ce mouvement.

Ces noms peuvent aller seuls ou être placés dans des noms, si par exemple nous avons un homme qui est né sous le vintana alakarabo, il peut tout à fait s’appeler Lambo, comme s’appeler Rakotondralambo également.

Les mois ne sont pas les seuls à pouvoir prédire le nom d’un individu. Cela peut se faire également grâce aux 7 jours de la semaine, selon le jour de naissance :

JourNom
Alatsinainy ou lundiRamiera ou Andriamiera
Talata ou mardiRatalata ou Razakandisa
Alarobia ou mercrediRabe ou Rabefierena ou Ramelina
Alakamisy ou jeudiRamisa ou Ramisavola ou Rasamimanana ou Ramisamanjaka ou Razafimanisa ou Razafimisa ou Ramisarivo
Zoma ou vendrediRazima
Sabotsy ou samediRainisabotsy ou Lesabotsy
Alahady ou dimancheIlahady ou Andriamasinoro

La signification des noms à travers l’histoire

La signification des noms malgaches peut varier d’une région à une autre. Dans les hauts-plateaux (Antananarivo et Fianarantsoa notamment), les noms malgaches commencent pour la plupart par « Andrian- » (contraction d’ « Andriana », qualifiant les proches de la royauté) ou « Ra-« .

Du temps de la royauté malgache, les noms des rois commençaient usuellement par « Andriana », à l’instar d’Andriantompokoindrindra, Andriamasinavalona, Andriantsimitoviaminandriandehibe. Cependant, à partir du reigne du roi Andrianampoinimerina et de son fils Radama (Ilaidama), les noms avec le préfixe « Rakoto- » ont fait leur apparition : Rakotozafy, Rakoto Ratsimamanga, etc.

À partir de la colonisation de Madagascar, les Vazaha ont obligé les Malgaches à abandonner leurs noms issus des 12 vintana car ceux-ci rendaient leurs travaux de recensement impossibles, effectivement avoir 19 Dama ou 30 Vola dans un seul village pouvait être assez embêtant… Ainsi, l’attribution des noms n’était désormais plus la même et la possession d’un prénom était alors conseillé. Ces derniers se devaient d’être français, c’est de là que sont apparus à Madagascar les prénoms tels que Charles, Julie, etc.

Les sources d’inspiration des noms malgaches

Dans d’autres circonstances, le choix du nom d’un enfant reflète les désirs profonds de ses parents. En effet, on peut associer celui-ci à un souhait que la mère et le père accordent à leur enfant. Prenons par exemple Andriamiadanarivo. On y trouve les termes Andrian- (signe de l’aristocratie), Miadana (heureux) et Arivo (en référence à la capitale de Madagascar). Ce nom signifie l’aristocrate qui réussit dans tout ce qu’il entreprend.

Selon une étude de Samuel Rasolomona sur les noms de famille malgaches, ces appellations tirent leur inspiration de 24 sources :

SourcesExemples
Caractères de l’individuBemaso (visage), Ralava (physique), Ramorasata (âme), Andriamisaina (sagesse intellectuelle), Razanamavo (couleur de peau)
Expression de l’amourRakotomalala (=celui qu’on chérit)
Le prestigeRabezezika (=celui qui a beaucoup d’engrais, donc celui qui a beaucoup de zébus), Ratsihoarana (=celui dont on ne peut dépasser la sagesse)
La beautéRangita, Ravoajanahary, Saholy
L’espéranceRambinintsoa (=celui qui sera béni)
ConsolationRamanalarahona (=celui qui fait dissiper les nuages)
Pour rappeler un souvenirRatsiarovana
Pour intimiderRatsitohaina
Expression de joie, d’attenteAndrianantenaina, Rasoanandrasana
Le nombre de frères et soeursAndriambalo
VintanaMbola, Siza
Indiquer la filiationRazanadravao, Rainiharo
IronieRatsitianosahirana
Le pouvoirAndrianjaka
ChanceBeriziky
ConfianceAndrianjahonoany
Le droit d’aînesseRanaivo
Le tempsRavaoavy
Le lieu de naissanceAndriambatomanga
Nom de plaignantsRatsiandavana (mort fréquente des enfants, mais continue à essayer de mettre au monde)
ReligionRapiera

Les prénoms malgaches et leur signification

Malgré le fait que les prénoms ont surtout fait leur apparition à l’époque coloniale, des prénoms malgaches ont également pointé leur nez et tendent à être de plus en plus appréciés, au dépend des Kevin et Bryan.

Comme les noms, ils sont également rattachés à des souhaits ou des vœux qu’on attribue au nouveau né. En voici quelques exemples :

  • Aina = vie
  • Nambinina = chanceux
  • Malala = chérie
  • Anja = précieux
  • Andrianina = celui qu’on estime
  • Asimbola = morceau d’argent
  • Andry = pilier
  • Kanto = magnifique
  • Koloina = que l’on choie, qu’on manipule avec tendresse
  • Sitraka = voeu
  • Faly = heureux
  • Mihaja = qui a de la classe

Aussi difficiles à prononcer qu’ils soient, les noms malgaches revêtent sans doute les plus grandes valeurs que l’on puisse accorder à une personne. Ils ne se prononcent pas uniquement selon son bon-vouloir, car ils reflètent l’histoire et le vintana d’un individu. Hélas, choisir le nom d’un individu selon son histoire ou selon un souhait qu’on lui accorde se fait rare de nos jours, les noms se transmettent désormais de père en fils, ce qui est peut-être dommage finalement…

3 Commentaires

  1. Koloina Rasoahoby Koloina Rasoahoby

    Article très intéressant Sitraka ! Il est vrai que les noms malgaches sont compliqués pour les autres, c’est d’ailleurs une grande difficulté pour les Malgaches qui vont à l’étranger :P. Connaître les origines de nos noms est vraiment très important car je parie que même pas 1 Malgache sur 2 y a vraiment pensé. J’ignorais totalement que nos noms avaient quelque chose à voir avec les astres et les jours de la semaine. On devrait enseigner ces origines dans les écoles pour garder la tradition. Et aussi j’ai remarqué que les prénoms malgaches dépendent un peu d’une tendance. Si vous remarquez, les Malgaches nés entre les années 50 et 80 ont généralement des prénoms français :P.

  2. Super article, je comprends pourquoi mes parents m’ont appelé KANTOHERISOLO Mihaja Fabiola, je suis magnifique et j’ai de la classe.

    • Sitraka Andrianivoson Sitraka Andrianivoson

      Hahaha. Sans oublier que tu as également « Hery » qui signifie « force ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here