05/02/2019. En toute franchise, la corruption à Madagascar semble être devenue un mal nécessaire vu notre façon de faire habituellement mesquine. Avec, d’une part, la lenteur de la machine administrative qui pousse au bakchich pour avoir ce à quoi on a normalement droit et, d’autre part, le fameux « mandoa tapany mba ahazoana erany », tu m’étonnes que la corruption fleurisse ici comme du chardon sauvage sur le bord des routes.

Nous avons alors demandé à 904 Tananariviens leur avis là dessus, et nous leur avons même demandé s’ils se sont déjà adonnés à cette pratique réprimable que sont les pots-de-vin. Ci-dessous leurs réponses !

Ce que pensent les Tananariviens de la corruption à Madagascar

L'opinion des Tananariviens sur la corruption à Madagascar
L’opinion des Tananariviens sur la corruption à Madagascar

Le niveau de la corruption à Madagascar : en hausse ou en baisse ?

Premier constat : 83% des Tananariviens sondés pensent que le niveau de la corruption à Madagascar est très élevé. 11% le jugent ensuite élevé, tandis que 5% se sont retenus de révéler leur opinion.

Ensuite, interrogés sur leur perception de l’évolution de la corruption ces 5 dernières années à Madagascar, 66% des sondés trouvent que ça s’est beaucoup empiré. Toutefois, pour 19% d’entre eux, il semblerait que ça se soit beaucoup atténué.

Ensuite, 5% trouvent que le phénomène de la corruption est resté inchangé, 4% disent ne pas savoir et 4 autres pour cent (4%) pensent que ça s’est un peu empiré. Enfin, pour les 2% restants, la corruption à Madagascar s’est un peu atténuée ces 5 dernières années.

La corruption dans le secteur privé

Avec la réputation sulfureuse du service public en matière de corruption, on parle peu du secteur privé. Heureusement, l’équipe Stileex veille au grain :).

Ce sont 59% des sondés qui disent avoir déjà entendu ou vu des actes de corruption avérés dans le secteur privé.

Par contre, 40% n'ont jamais entendu ou vu d'actes de corruption avérés dans le secteur privé
Par contre, 40% n’ont jamais entendu ou vu d’actes de corruption avérés dans le secteur privé

Pour la suite, figurez-vous que 70% des Tananariviens trouvent que le niveau de la corruption dans le secteur privé est très élevé. Ensuite, pour 13%, il est élevé et seulement 5% ont déclaré qu’il était très bas. Enfin, 2% jugent que le niveau de corruption y est bas, et 2 autres pour cent (2%) jugent qu’il y est assez élevé. Notons que 8% des sondés n’ont rien déclaré.

En creusant le sujet, il est apparu que les actes de corruption ont le plus lieu dans les services administratif et financier des entreprises. En effet, ce secteur rassemble les actes de corruption vus et entendus par 47% des sondés concernés. Le service commercial le suit de près, rassemblant 36% des suffrages, ex æquo avec les ressources humaines (36% aussi). Bon dernier (ce qui est une bonne chose ici), les services techniques du secteur privé, pointé du doigt par seulement 2% des suffrages.

La corruption dans le secteur public

C’est dans le secteur public que se révèle le plus la corruption à Madagascar. Il est ainsi sorti du sondage que, tenez-vous bien, 93% des Tananariviens ont déjà vu ou entendu des actes de corruption avérés dans le secteur public !

De fait, le niveau de la corruption dans ce secteur est perçu comme très élevé par une grande majorité des personnes interrogées : 85% ! Pour le reste, 8% le trouvent élevé, 6% ne prennent pas position et 1% le trouvent assez élevé.

Bakchich quand tu nous tiens
Bakchich quand tu nous tiens

Entrons dans le vif du sujet et intéressons-nous maintenant aux services publics les plus corrompus selon les Tananariviens. Qui, selon vous, est le service public qui a remporté 61% des suffrages, devenant ainsi le service public le plus corrompu de la place ? La police ! Bien sûr, on parle ici de 61% des personnes sondées ayant déjà vu ou entendu des cas de corruption avérés dans le service public. Évidemment.

Viennent après marrée-chaussée, la justice, 37% des voix, et la gendarmerie, 34%. Les fokontany et les communes les suivent de près, « élus » par 25% des personnes ayant été témoins d’actes de corruption.

La distribution des réponses parmi les autres services est ensuite de plus en plus éclatée, voyez par vous même :

  • 18% des sondés concernés ont déjà vu ou entendu des cas avérés de corruption dans les universités publiques
  • 16% l’ont remarqué au niveau des services fonciers (plus crûment connus sous l’appellation barbare de « domaine »)
  • 12% dénoncent la corruption flagrante dans les grandes écoles publiques telles que l’ENMG, l’ENAM, l’INFA, …
  • 10% soulignent la corruption des militaires
  • 9% ont constaté la corruption au niveau des EPP/CEG/Lycée
  • 5% assurent avoir vu de la corruption chez la JIRAMA
  • 4%, au niveau du Fisc
  • 2% dénoncent la corruption présente dans les bureaux administratifs comme les ministères
  • enfin 1% en ont vu au niveau des services publics de la santé

Que peut-on ajouter de plus concernant ce sondage sur la corruption à Madagascar ?

Que dire de plus, si ce n’est que la corruption à Madagascar se concentre le plus dans le secteur public. Du moins, c’est ce qui ressort de notre sondage : 93% des Tananariviens ont déjà été des témoins directs ou indirects d’actes de corruption avérés dans le secteur public.

Si la police a été désignée comme le service public le plus corrompu, je suppose qu’il s’agit des petits pots-de-vin distribués dans la circulation, sur la route, et même dans les concours d’entrée dans la branche. D’ailleurs, sachant qu’un poste de fonctionnaire est très prisé (il faut avouer qu’on s’y intéresse plus aux avantages qu’à autre chose), la corruption au niveau des divers concours administratifs est presque devenue une procédure habituelle.

Qui n'a pas été témoin de ce genre de scène ?
Qui n’a pas été témoin de ce genre de scène ?

N’oublions également pas la lenteur si caractéristique de l’administration avec certains fonctionnaires qui ne se pointent qu’à 10h du matin et qui quittent à 15h… Il faut avouer qu’il y a là de quoi tout ralentir dans le fokontany, les communes, les ministères, etc. Il n’y a alors rien d’étonnant à ce que la foule, frustrée de faire tout le temps la queue, se permette de payer un petit plus pour que ça se fasse plus vite. Et puisqu’on en parle, il s’est avéré que 57% des personnes que nous avons enquêtées ont avoué avoir déjà commis un acte de corruption.

Sans trop de surprise, les raisons de ses actes sont essentiellement liées à la lenteur des services, puisque 36% nous ont avoué l’avoir fait pour accélérer les choses. Ensuite, 32% nous ont dit avoir sorti un billet parce qu’on le leur avait tout simplement imposé ! Pour 22%, c’était pour obtenir un avantage ou un document et, enfin, pour 8%, c’était pour éviter une sanction. À noter que 2% de ses personnes ayant déjà filé un pot-de-vin n’ont pas voulu se prononcer sur le pourquoi de leurs actes.

Notre état de pays corrompu est depuis longtemps confirmé par l’Indice de Perception de la Corruption (IPC) de Transparency International : en 2018, Madagascar a obtenu un score de 25 points sur 100 et est placé 152e parmi 180 pays. Il faut remarquer cependant que l’IPC mesure la corruption au niveau du secteur public en utilisant 7 sources de données différentes pour le cas de Madagascar. À ce qu’il paraît, Madagascar a gagné 1 point et 3 places de plus en 2018, en comparaison aux résultats de 2017. C’est bien, mais il y a encore de la marge pour faire régresser la corruption.

Ensemble, luttons contre la corruption à Madagascar
Ensemble, luttons contre la corruption à Madagascar

Personnellement, j’ai déjà eu à commettre un acte de corruption tout en étant bien consciente que ça ne collait pas avec la procédure légale. C’était pour obtenir un formulaire dans une sélection de dossiers à l’Université d’Antananarivo. En réalité, je me suis fait arnaquer : pour 1 000 ar, je me suis sentie avantagée d’avoir obtenu un formulaire que je pensais épuisé alors qu’il y en avait encore et qu’en plus, on pouvait le retirer gratuitement. Absurde, non ?

Note de la rédaction : Vous avez une question sur Madagascar qui vous turlupine ? Un sujet qui vous démange ? N’hésitez pas à le poster dans les commentaires, nous l’inclurons sûrement dans nos prochains sondages ! Vous pouvez également en parler sur le forum directement.

Retrouvez également ici tous les sondages et études statistiques menés par l’équipe Stileex à ce jour.

3
Écrivez un commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
MihariStileexjean Rak. Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Mihari
Invité
Mihari

Merci pour le sondage, très intéressant en occurence. juste pour dire qu’une des causes courantes de la corruption est la non transparence des procédures dans les bureaux administratif et aussi la prétendu « faible revenu des employés » . Je ne suis pas d’accord pour le niveau de perception de la corruption au niveau du service foncier que je considère comme un des secteurs les plus corrompus, vu combien de litiges fonciers sont recensés actuellement et comment il est difficile d’y suivre la voie normale pour les paperasseries administratives. Pour illustrer ce cas : on dit qu’il faut 15 jours pour délivrer un certificat foncier, pour nous cela fait déjà 3 mois avec le même excuse que le livre mère est introuvable. Avec la mention, si vous n’êtes pas satisfait de la réponse vous pouvez soumettre une doléance. Mais à côté vous voyez une personne qui sait s’adresser avec la « bonne personne » en lui adressant un minimum de « respect »: par miracle le certificat lui est délivré au jour même !!!!

jean Rak.
Invité
jean Rak.

Données source ? Méthodologie de sondage ? Questions exacte (pas trop fermée ou trop ouverte) ? Etc.. Loin de moi le fait de douter de votre travail, mais faire un article tel quel sans donner toutes les informations permettant aux détracteurs de se taire, je ne vous le conseil pas

Stileex

Bonjour Jean Rak, nous envoyons les détails de notre méthodologie sur simple demande à [email protected]. Nous n’avons nullement l’intention de faire taire les éventuels détracteurs, ils sont libres de réagir. Bien à vous