07/12/2018. Tous les ans à cette période, on assiste à la même mécanique dans ce pays : le prix du riz monte de plusieurs crans, ceux du kilo de saucisse et d’entrecôte s’envolent vers d’autres cieux, et celui des PPN suivent la cadence, synchrones avec l’essence et le loyer. *Ding, dong* Bonne annéééée !! :D.

Les conséquences, on les connaît tous. « Lafo ny fiainana » par-ci, « Tsy zakan’ny tsena zany » par-là, et « Niakatra ‘ndray ve ?! ». À se demander si la majorité des Malgaches est du même bord. À la revue, on s’est posé la question et on a voulu en avoir le cœur net : nous avons donc lancé un sondage dessus ! Oui, un sondage sur la perception qu’ont les Tananariviens du coût de la vie. Le truc tellement évident pour certains qu’on s’est limite fait insulter. Mais au moins, maintenant, on est fixé !

Le coût de la vie à Madagascar tel qu’il est vu par les habitants de la capitale

Sondage sur la perception du coût de la vie par les Tananariviens
Sondage sur la perception du coût de la vie par les Tananariviens

Alors, ce coût de la vie ?

Finalement, c’était bien une évidence xD : sur les 961 personnes que nous avons interrogées, 89% nous ont affirmé qu’ils trouvaient la vie très chère !

7% trouvent ensuite qu’elle est chère, 2% assez chère, 1% qu’elle est normale (ni chère, ni pas chère), 1% la trouvent assez abordable et une très faible minorité, 0,2%, très abordable.

Interrogés sur les postes dont l’inflation les aurait le plus impactés ces 5 dernières années, ils sont 44% à avancer que c’est l’alimentation en général, 21% à dire que c’est l’essence, tandis que 18% montrent du doigt le riz, une denrée de base incontournable pour les Malgaches.

11% nous ont ensuite sorti des réponses variées desquelles nous avons pu sortir 3 tendances principales : « tous », pour dire qu’ils ont été touchés durement par la hausse de tous les postes de dépense, en est la plus significative (65% des réponses variées). Viennent après les « PPN », incluant donc l’huile, le sucre, etc. (15% des réponses variées), et la « JIRAMA » en troisième, signifiant que les hausses continuelles des prix courent tout de même sérieusement sur le système des Tananariviens (11%).

Pour finir, les sondés ont cité les transports (3%), la viande (2%) et, en dernier, le loyer (1%).

Le loyer

Le loyer, justement, parlons-en. Parmi toutes les personnes interviewées, on compte 30% de locataires (pour les immobiliers à Antananarivo), une portion à laquelle nous avons demandé leur ressenti par rapport au coût du loyer. Eh bien, ils ont été 88% à juger que ce dernier était très cher !

Le loyer, un poste de dépenses qui augmente tous les ans
Le loyer, un poste de dépenses qui augmente tous les ans

Ceux qui jugent ensuite leur loyer comme cher comptent pour 9% d’entre eux et 2% le qualifient d’assez cher. Enfin, seuls 0,3% le jugent normal et 0,7% le qualifient d’assez abordable !

Les transports en commun

La question des transports en commun, autant dire « les bus » quand on parle d’Antananarivo, a toujours été un sujet de discorde à chaque hausse du billet. Ils sont donc 59% à trouver que le prix du ticket est très cher dans la capitale, 17% à dire qu’il est cher et 6% qu’il est assez cher.

Ensuite, ils sont tout de même 14% à trouver le tarif normal et même 3% à le trouver assez abordable. Par contre, c’est une minorité qui le trouve abordable et très abordable : 0,2% et 0,5%.

Les taxi-be restent le moyen de transport le plus utilisé par les Tananariviens pour aller au travail

Le carburant et l’entretien

Sur un panel de propriétaires de véhicules (auto et moto), représentant 14% des personnes interrogées, nous en avons 70% qui trouvent que le carburant coûte très cher et 21% qui disent qu’il coûte cher. Seuls 1% par contre jugent qu’il est assez cher.

Ceux qui trouvent que son prix est normal comptent pour 6% du panel. 1% le trouvent ensuite assez abordable et un autre pour cent (1%) très abordable.

Nous sommes tous, d'une manière où d'une autre, les esclaves de la pompe à essence
Nous sommes tous, d’une manière où d’une autre, les esclaves de la pompe à essence

Quant à l’entretien, c’est, encore une fois, une part majoritaire qui trouve qu’il coûte cher : 63%. 17% le trouvent ensuite cher et 5% assez cher. Ceux qui trouvent le coût de l’entretien normal compte pour 7% tandis que 6% le trouve assez abordable et 1% abordable. Un dernier pour cent (1%), enfin, le trouve très abordable.

Le riz

68% des sondés nous ont avoué trouver le riz très cher, 26% le trouvent cher et 3% le trouvent assez cher.

Comme en Asie, impossible de faire l'impasse sur le riz à Madagascar
Comme en Asie, impossible de faire l’impasse sur le riz à Madagascar

D’un autre côté, seuls 2% trouvent son prix normal, 1% assez abordable et 0,2% le trouvent abordable.

La viande

Pareil qu’avec le riz, la viande est un poste intéressant à observer vu que, traditionnellement, il s’agit du principal apport protéinique dans un repas dans les hauts plateaux.

Devinez quoi ? Rebelote : 69% trouvent la viande très chère ! Ils sont ensuite 27% à la trouver chère et 2% assez chère. Ceux qui jugent son prix normal ne représentent qu’1% des sondés, de même que ceux qui la jugent assez abordable (1% donc). Il y a enfin ceux qui la jugent abordable : 0,2%.

Miam, mais cher
Miam, mais cher

Les autres denrées alimentaires

Le coût de l’alimentation en général, hors riz et viande donc, est vu comme très cher par 65% des Tananariviens. Surprise !

27% disent ensuite qu’ils le trouvent cher, 3% le jugent assez cher et 2% le trouvent normal. Pour le reste : 2% affirment que le prix de l’alimentation est assez abordable pour eux, tandis que 0,4% ont avoué le trouver abordable. Et dans le camp des très abordable, on note 0,1% des répondants.

Même le coût des légumes a augmenté de façon significative ces dernières années
Même le coût des légumes a augmenté de façon significative ces dernières années

L’habillement

Terminons ce tour d’horizon avec le coût de l’habillement. Est-ce cher de s’habiller dans la capitale ? 36% des sondés nous ont répondu que les prix pour s’habiller étaient… très abordable !! Alléluia !

Ils sont ensuite 23% à les trouver abordables, 17% à dire que les prix sont assez abordables et 7% à les trouver normaux. Ceux qui jugent le prix de l’habillement assez cher représentent maintenant 4% des sondés. Puis, viennent les personnes qui le jugent cher (8%) et très cher (5%).

L'habillement, le seul poste qui n'affole pas les Tananariviens

L’habillement, le seul poste qui n’affole pas les Tananariviens

En résumé

Parce qu’une photo vaut mille mots, en voici deux milles pour résumer ce qui s’est dit :).

Coût du loyer, des transports en commun, du carburant et de l'entretien
Coût du loyer, des transports en commun, du carburant et de l’entretien

 

Coût du riz, de la viande, de l'alimentation et de l'habillement
Coût du riz, de la viande, de l’alimentation et de l’habillement

Ce que l’on peut dire sur ce sondage sur le coût de la vie à Antananarivo

Comme le dirait l’habitué, intime aux tribulations de la rue : « Danzé be a !! ».

« Très cher », voilà qui résume tout ce qui vient de se dire. Au revoir, à bientôt xD.

Plus sérieusement, que dire sinon que les Tananariviens ont une vision fortement arrêtée de ce qu’est la cherté de la vie à Madagascar. Depuis la bouffe, au loyer, en passant par l’essence, le gas-oil, et les transports en commun : tout est très cher avec une perception globale qui donne froid dans le dos : 89% des Tananariviens considèrent que le coût actuel de la vie est très cher. 7% disent qu’il est cher.

Peut-on réellement les en vouloir avec, pour prendre un exemple, le prix à la pompe qui augmente insidieusement tous les mois ? Ah, et que dire de cette nouvelle façon de faire qui ferait gerber Hitler : on augmente le prix juste avant les fêtes, comme Pâques, Noël et la fin de l’année, histoire de se faire un peu plus de fric sur le dos des honnêtes gens. Sérieusement ?

On note également que ce qui a le plus fait mal aux Tananariviens est l’inflation qu’a subi la bouffe, surtout quand il s’agit des PPN : 44% d’entre eux désignent en effet l’augmentation du coût de l’alimentation comme étant le plus impactant ces 5 dernières années.

Mais même, au-delà de ces constats, il y a une chose qui enfonce le clou : pour 82% des Tananariviens, la fracture économique à Madagascar est très importante ! Voilà qui donne à réfléchir.

Note de la rédaction : Vous avez une question sur Madagascar qui vous turlupine ? Un sujet qui vous démange ? N’hésitez pas à le poster dans les commentaires, nous l’inclurons sûrement dans nos prochains sondages !

Retrouvez également ici tous les sondages et études statistiques menés par l’équipe Stileex à ce jour.

5
Vos réactions

avatar
3 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
Élodie HamentMirindra TokyRakotomandimbyLuc Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Mirindra Toky
Invité
Mirindra Toky

Ce serait encore plus intéressant d’avoir cette étude à une fréquence régulière style un baromètre.
Sauf si ce n’est déjà mentionné quelque part, préciser aussi la méthodologie, échantillonnage et mode d’administration du questionnaire
Merci

Rakotomandimby
Invité

Je pense qu’il serait pertinent de rapporter les choses au salaire: loyer -> 20% du salaire, cout transport -> 10% du salaire etc…
A partir de là on pourra vraiment discuter de ce qui est très cher.
D’autre part il ne faut pas oublier les postes de dépenses que sont le réapprovisionnement du crédit de téléphone, Internet, TV satellite,…

Luc
Invité
Luc

En comparaison à la Thailande ( avec un pouvoir d’achat supérieur ) les loyers ici sont aussi chers ! Pour le même prix vous trouverez UN MEUBLÉ de qualité correct . Alimentation moins onéreuse, habillement aussi. Carburant un tout petit peu moins, Électricité 30% moins chère, internet 50% moins chère. A savoir fourchette basse de salaire 1000000 Ariary . Reste les légumes et certaines viandes à prix intéressant . Pour un expatrié comme moi reste les frais du certificat de résidence ‘ ( pas ce genre de frais en Thailande de l’ordre de 1500000 Ariary pour un an ! Tout mis bout à bout coût de la vie supérieur à Madagascar pour énormément moins de confort .Insécurité au top, chose que je ne connaissais pas la bas . Ça reste un beau pays avec une population sympathique, reste beaucoup à faire pour devenir une destination touristique de choix et faire prospérer ce pays qui le mérite. Mais quand on aime on ne compte pas me direz vous. Bien sûr je ne suis pas obligé de rester .