18/06/2019. Nous sommes déjà en milieu d’année, ce qui veut dire que « c’est bientôt les grandes vacances ! ». Mais vous l’avez remarqué, il fait un froid de canard dans la capitale de Madagascar ces dernières semaines. C’est pourquoi la plupart de la population se prépare déjà pour un petit moment de détente entre amis ou en famille. Pendant les vacances, l’on a déjà vu sur plusieurs articles que certains des Tananariviens ont l’habitude d’aller retrouver le vert (flore), le bleu (mer) et le beige (plage). Les autres citoyens ne vont pas bien loin, ils ne font que s’exiler de la saturation dans la ville pendant quelques jours, en allant à la campagne. Besoin d’une bouffée d’air frais contre la peur de l’insécurité ! Découvrez donc dans cet article la perception des Tananariviens de la vie à la campagne à Madagascar.

L’avis des Tananariviens sur la vie à la campagne

L'avis des Tananariviens sur la vie à la campagne
L’avis des Tananariviens sur la vie à la campagne

Les Tananariviens voudraient aller voir la vie à la campagne

Stileex Post a déjà soulevé « l’affection » des Tananariviens par rapport à l’urbanisation dans un de ses articles sur le déménagement à Antananarivo. C’est donc dans cette continuité que nous nous tournons aujourd’hui vers la zone rurale. Et croyez-le, beaucoup de Tananariviens aiment vraiment la campagne. En effet, nos statistiques nous montrent que 69% sur les 898 personnes sondées adorent passer du temps à la campagne.

La majorité Tananariviens adorent passer du temps à la campagne, mais aimeraient-ils y rester ?
La majorité Tananariviens adorent passer du temps à la campagne, mais aimeraient-ils y rester ?

Bien évidemment, il y a toujours certains habitants d’Antananarivo (31%) qui n’aiment pas trop cela. Les 44% pensent qu’il n’y a rien d’intéressant à la campagne. Plus de 3 personnes sur 10 pensent que la vie à la campagne c’est beaucoup trop loin. Le rythme de vie ou le manque de temps (22%) entre aussi dans les excuses de ces derniers pour aller prendre de l’air en zone rurale.

3 à 4 vacances par année : le Tananarivien ose débourser beaucoup d’argent

Alors c’est sûr, nous les Tananariviens aimons la vie à la campagne. Mais avec le coût de la vie, les personnes lambda ne peuvent se permettre de débourser beaucoup d’argent. En fait, pour les vacances à Madagascar, le quart des citoyens de la Ville des Mille (25%) vont à la campagne au moins 1 fois par année. D’autres avec plus de budgets, reviennent entre 3 à 4 fois dans la même année (24%), si 16% ne peuvent le faire que 2 fois seulement.

La vie à la campagne à Madagascar : d’abord pour prendre de l’air pur et du temps

Pour les Tananariviens, les raisons qui incitent à aller à la campagne sont nombreuses. Mais grâce au dynamisme de nos journalistes chez Stileex Post, l’on a pu les classer par quatre. Vous ne serez pas surpris que les 53% des citoyens d’Antananarivo aiment prendre l’air en dehors de la capitale. Une petite excursion en famille ou entre copains est aussi valable selon les 8% des personnes que nous avons rencontrées.

Prendre un peu de temps en famille ou entre amis… la vie à la campagne à Madagascar c'est la solution
Prendre un peu de temps en famille ou entre amis… la vie à la campagne à Madagascar c’est la solution

Et ce qui est encore plus stupéfiant, c’est que 23% des habitants y vont aussi pour cultiver leurs terres en zone rurale. Aujourd’hui, 16% se mettent aussi à l’élevage. À croire que les citoyens « urbains » mènent une double vie pour soutenir l’entrepreneuriat rural à Madagascar.

Les Tananariviens investissent dans le riz et les volailles

Lors de notre sondage, nous avons vu que 66% des sondés ont leurs propres terres cultivables à la campagne, si 33% n’en ont pas (ou pas encore). En effet, les propriétaires de ces terres pensent en premier à leurs intérêts. En tant que Malgaches, 59% de ces derniers font de la riziculture. Mais chacun a son propre domaine, entre autres les tubercules (13%), les fruits (12%) et sans oublier les légumes (16%). L’idée n’est pas vraiment révolutionnaire, mais avec beaucoup de soutien des autorités locales, la production de produits biologiques peut être plus que fiable.

Si l'on continue comme ça, Madagascar n'importera plus de riz !
Si l’on continue comme ça, Madagascar n’importera plus de riz !

Pour les animaux de la campagne, on ne peut pas vraiment parler de NAC. En effet, les animaux « ruraux » restent comme ceux que l’on connait depuis bien longtemps. Mais à la campagne, les volailles sont les maîtres puisque 29% des sondés en possèdent, tout comme les bœufs (24%) et les porcs (9%). Insolite, les 37% des propriétaires de terres que nous rencontrés n’aiment pas trop l’élevage.

Aller ou vivre à la campagne de Madagascar : le Tananarivien est indécis

Vivre « éternellement » à la campagne ! Cette question a mené tous les sondés à l’ambiguïté et au doute. C’est bien pour cela que les 51% des habitants de Tana ont accepté d’y vivre. Là-bas, tout est calme et propre. Dans la vie à la campagne, tu vis « littéralement » de tes propres mains. Tandis que l’autre moitié, à 49%, ne veut pas vivre en zone rurale.

Toutes les raisons sont toujours valables pour une belle vie à la campagne de Madagascar

Vous allez dire que les raisons sont assez tirées par les cheveux, mais il faut tout de même donner un point à la difficulté de gagner de l’argent à la campagne (36%) et aussi à l’insécurité permanente qui y règne (33%). On peut même encore mettre en troisième place le fait qu’il n’y a pas beaucoup de choses à faire (27%).

Certes la vie à la campagne peut être parfois ennuyeuse mais le « ambanivohitra » a ses charmes
Certes la vie à la campagne peut être parfois ennuyeuse mais le « ambanivohitra » a ses charmes

C’est totalement le contraire pour ceux qui aimeraient vraiment vivre à la campagne. Selon les sondés, l’air pur prime sur tout (67%), mais ils prennent en compte aussi le coût de la vie abordable là-bas (23%). Un petit pourcentage de 9% se dit que la sécurité y est correcte.

Pour conclure ce sondage sur la perception des Tananariviens de la vie à la campagne à Madagascar

Nous avons pu remarquer tout au long de notre investigation sur le terrain que les zones rurales à Madagascar, et surtout dans la province d’Antananarivo, sont devenues très prisées. Bien évidemment, les Tananariviens gardent leur « citoyenneté ». Personnellement, même avec les efforts fournis par les autorités étatiques, il faudrait renforcer le bouchon surtout sur la sécurité, comme le disent les 23% des personnes sondées, mais aussi sur l’agriculture (24%), et l’élevage (22%). Les autres projets sont applicables par les autorités locales.

Vos réactions

avatar
  S’abonner  
Notifier de